Skip to content

Psaume 139

Psaume 139

SEIGNEUR Dieu

Toi qui es l’Au-delà de tout et l’Au-dedans de nous,
Tu me scrutes et tu lis dans mon cœur.
Quand ça va, quand ça ne va pas, Tu le sais.

Tu sais quand je m’assois et quand je me lève,
Tu lis au plus profond de moi.
Tu sais quand je marche et quand je me couche,
Tu es le compagnon de toutes mes routes.

Je n’ai pas encore ouvert la bouche,
et déjà Tu as compris tout ce que je voulais dire !

Je suis enveloppé de Ta tendresse,
Sur mon épaule, douce et ferme
Tu poses Ta main.

Ce que Tu es pour moi me dépasse ;
J’en ai le souffle coupé.

Où aller loin de Toi ?
Où fuir loin de Ton regard ?

Si je monte au plus haut des cieux, Tu es là.
si je me couche au milieu des morts, Te voici.
Si je m’envole sur les ailes de l’aurore pour aller au-delà des mers,
même là, Ta main me conduit et Tu me tiens tendrement et solidement.

Il peut m’arriver de dire :
« Je veux me cacher complètement dans l’obscurité. M’isoler.
Que le jour devienne nuit autour de moi ! »

Je Te retrouve dans mon coeur,
Car pour Toi même l’obscurité est lumière,
A travers mes ombres, Tu me vois comme en plein jour.

C’est Toi qui as désiré que j’existe,
C’est Toi qui a créé ma conscience,
Toi qui a brodé les moindres cellules de mon corps.
C’est Toi qui m’a tissée dans le ventre de ma mère.

Je suis éblouie par un tel mystère.
Prodige, miracle que je suis d’une si belle aventure.

Quand Tu me formais dans le secret du désir,
quand Tu me brodais de poussière d’étoile,

Tu voyais tout, rien n’était caché pour Toi.

J’étais à peine formé, mais ce que je suis vraiment,
Toi Tu le voyais déjà !
Mon histoire Tu la connais.
Mon embryon s’inscrivait chaque jour dans Ton livre de Vie.

Que Tes projets sont magnifiques,
Comme Tes mystères me dépassent.

Ô Dieu, regarde aux sources de ma vie,
Pénètre aux racines de mon cœur.

Regarde si je suis sur un chemin dangereux,
et conduis-moi sur ton chemin,
ce chemin qui est sûr pour toujours.

Traduction de Carolina Costa inspirée de la Bible Parole de Vie et du livre du père Stan Rougier « Entre larmes et gratitude. Psaumes revisités ».

 

🙏 PSAUME 139 🙏 – 🙏 PUISSANTE PRIÈRE – Toi qui es l’Au-delà de tout et l’Au-dedans de nous 🙏

Psaume 139 signification

Ce psaume est une méditation sur la connaissance insondable de Dieu qui va jusqu’au plus profond de l’être humain, dans son intimité la plus secrète. Loin d’être ressentie comme une intrusion ou une violation, cette connaissance révèle plutôt la présence d’un Dieu proche, aux côtés du poète-croyant, dans l’entier du monde créé aussi bien que dans son monde intérieur. Présence bienveillante qui l’a désiré, qui l’entoure et veut l’accompagner quel que soit le chemin qu’il emprunte. La confiance et non la peur peut naître de cette prise de conscience d’un Dieu dont la connaissance est à la fois merveilleuse et mystérieuse. La constatation se transforme alors en prière à la fin du psaume.

Les psaumes sont des louanges et des prières qui forment un livre de l’Ancien Testament. Il y a beaucoup de chance que l’on tombe dessus quand on ouvre une Bible en son milieu ! Ces poèmes étaient destinés à être chantés par la communauté des croyants au Dieu unique d’Israël. Voici une version poétisée du psaume 139, dans une forme qui tente de rendre en français quelque chose de cette poésie hébraïque, fondée la plupart du temps sur le parallélisme des deux parties de chaque verset, bien qu’il soit impossible de conserver son lyrisme basé sur les accents toniques ni la musique intrinsèque de sa langue.

 

Psaume 139 (version de Frédérique Jaccard-Bille)

Au chef de chœur – psaume de David

Seigneur tu as regardé au fond de moi
Et tu comprends

Toi Tu connais mon repos et mon lever
Tu perçois mon intention de loin

Tu remarques si je marche ou si je dors
Tous mes chemins Te sont familiers

Un mot n’est pas encore sur ma langue
Que déjà Seigneur Tu le connais parfaitement

Derrière et devant Tu m’entoures
Et Tu poses Ta paume sur moi

Merveilleuse connaissance qui me dépasse
Si haute que je ne peux l’atteindre

Où irai-je loin de Ton souffle
Et où fuirai-je loin de Ta face 

Si je monte au ciel Tu es là
Je me couche au séjour des morts Te voici

Je prends les ailes de l’aube
Je vais demeurer à la fin de la mer

Là aussi Ta main me guide
Ta droite me tient

Je pourrais dire : Que l’obscurité m’assaille
Et que la nuit soit ma lumière 

Mais l’obscurité n’est pas obscure devant Toi et la nuit brille comme le jour
Obscurité et lumière sont mêmes

Toi Tu as créé mon être intime
Tu m’as tissé.e dans le ventre de ma mère

Je Te célèbre parce que je suis merveilleux.se, chose étonnante
Tes œuvres sont merveilleuses
Et mon cœur le sait bien

Ma personne tout entière ne T’a pas été cachée quand j’ai été fait.e en secret
Modelé.e dans les profondeurs de la terre

Tes yeux ont vu mon ébauche et sur Ton livre ils sont tous inscrits
Les jours qui ont été façonnés
Quand il n’y en avait pas encore un seul

Pour moi que tes pensées sont lourdes, Dieu
Que leur quantité est immense

Je les compte plus nombreuses que le sable
Je me réveille et suis encore avec Toi

Dieu si seulement Tu tuais le méchant
Hommes de sang éloignez-vous de moi

Eux qui parlent de toi dans une mauvaise intention
Tes ennemis T’invoquent pour faire illusion

Ne haïrai-je pas ceux qui Te haïssent Seigneur
Et envers ceux qui se dressent contre Toi j’aurai du dégoût

D’une haine extrême je les hais
Ils sont des ennemis pour moi

Regarde au fond de moi Dieu et connais mon cœur
Éprouve-moi et comprends mes pensées

Vois s’il y a en moi un chemin de tristesse
Et guide-moi sur le chemin de toujours

Ciel - Psaume 139

Bible Psaume 139

Le livre des Psaumes se trouve au cœur de la Bible. Ces 150 poèmes reflètent la louange du peuple d’Israël envers son Dieu, YHWH – les quatre lettres du « nom imprononçable », que l’on traduit souvent par l’Éternel ou le Seigneur – à travers plusieurs siècles de son histoire. Les supplications et les lamentations, les explosions de joie et les cris de reconnaissance, les prières et les questionnements existentiels s’y côtoient en un mélange d’expériences et d’émotions humaines qui peut nous rejoindre encore aujourd’hui. « Laisser les Psaumes éclairer notre vie, avec ses élans de joie et aussi ses passages délicats et ses traversées à risque, c’est ouvrir notre pèlerinage terrestre à la dimension divine » dit Thérèse Glardon, dans son magnifique livre Ces Psaumes qui nous font vivre (Editions Ouverture, 2014, p. 14). Le psaume 139 est l’un des plus introspectifs : le cœur de la personne croyante se met à nu devant son Dieu, son créateur, qui à la fois la dépasse complètement et pourtant la rejoint dans son intimité.

 

Psaume 139 commentaire

Les deux derniers versets du psaume forment une inclusion avec les premiers, c’est à dire qu’ils reprennent les mêmes verbes : s’informer/sonder/explorer, connaître/faire attention/faire l’expérience/savoir et comprendre/percevoir/remarquer. Grâce à ces quelques nuances (il y en a d’autres !) offertes par le dictionnaire hébraïque, on constate qu’il ne s’agit pas d’une connaissance abstraite, intellectuelle ou philosophique, mais bien plutôt d’une connaissance d’expérience, de relation et de terrain. Dieu connaît l’être humain de l’intérieur parce qu’il l’a désiré et façonné. Il aimerait entrer en relation avec lui. YHWH est le Dieu qui veut « être avec », comme la racine de son nom l’indique.

Les versets 19-22 sur les « méchants » peuvent nous choquer aujourd’hui si on les prend à la lettre… Mais le scandale du mal fait aussi partie de la Bible, car il est inhérent à la condition humaine ! Le croyant sait qu’il peut tout dire à son Dieu, pas seulement les sentiments agréables de joie et de confiance, mais aussi les remous et les indignations qui lui traversent le cœur. Peut-être peut-on percevoir dans ces « méchants » une métaphore de tout ce qui nous éloigne de Dieu et de notre confiance en lui, et qui parfois se loge en nous : peur, angoisse, ou jalousie, dénigrement de soi, violence. Comme on aimerait en être débarrassés ! Cela fait pourtant partie de notre vie, et nous avons à poser des choix clairs.

Dieu nous demande sans cesse de choisir la vie. Thérèse Gardon (dans son livre cité plus haut) affirme qu’oser crier sa révolte contre le mal, qu’il soit à l’intérieur ou à l’extérieur de nous, c’est une proclamation de foi qui nous amène à croire malgré tout au visage du Tout-Proche (p. 142-143). On est pourtant appelé à ne pas se focaliser dessus, à prendre soin du bien, du bonheur, pour se sentir pleinement aimé et reconnu par celui qui s’est fait notre vis-à-vis, « celui qui est avec » (YHWH). Dieu n’est pas une entité lointaine, en soi, même s’il dépasse totalement notre compréhension : il se fait proche. Et les termes employés tout au long du psaume sont ceux d’un artisan, qui prend beaucoup de soin et met de la tendresse dans ses gestes : « Tu poses Ta paume sur moi » (v. 5). Cette caresse donne le courage à chaque croyante et croyant d’avancer sur la terre, le long du chemin de vie qui est devant lui ou elle, dans la confiance en ce Dieu infini qui l’a désiré.e, l’a créé.e et l’accompagne.

Pied de bébé - Psaume 139

Psaume 139 méditation

Approfondir la Bible dans le silence par la méditation de la Parole de Dieu avec le Psaume 139 vous donnera l’occasion de vivre une véritable rencontre intime et personnelle avec Celui que nous nommons Dieu mais qui est toujours tellement au-delà. Comme l’enseigne le Christ, nous pouvons prendre refuge dans une pièce secrète, et dans le silence de notre cœur, écouter le Seigneur qui est là et qui nous appelle pour notre réconfort, notre encouragement, notre relèvement, notre consolation et nous donner Sa paix.

Voici une méditation du psaume 139 avec Carolina Costa

Psaume 139 chanté

A l’origine, les psaumes étaient accompagnés d’instrument et chanté. Durant tous les siècles, des compositeurs et compositrices ont mis ces paroles en musique de manière à pouvoir les apprendre et les chanter ensemble en assemblée. Voici trois exemples ci-dessous pour le Psaume 139.

Psaume 139 La TOB (Traduction œcuménique de la Bible)

  1. Du chef de chœur ; de David, psaume.
    SEIGNEUR, Tu m’as scruté et Tu connais,
  2. Tu connais mon coucher et mon lever ;
    de loin Tu discernes mes projets ;
  3. Tu surveilles ma route et mon gîte,
    et tous mes chemins Te sont familiers.
  4. Un mot n’est pas encore sur ma langue,
    et déjà, SEIGNEUR, Tu le connais.
  5. Derrière et devant, Tu me serres de près,
    Tu poses la main sur moi.
  6. Mystérieuse connaissance qui me dépasse,
    si haute que je ne puis l’atteindre !
  7. Où m’en aller, pour être loin de Ton souffle ?
    Où m’enfuir, pour être loin de Ta face ?
  8. Je gravis les cieux, Te voici !
    Je me couche aux enfers, Te voilà !
  9. Je prends les ailes de l’aurore
    pour habiter au-delà des mers,
  10. Là encore, Ta main me conduit,
    Ta droite me tient.
  11. J’ai dit : « Au moins que les ténèbres m’engloutissent,
    que la lumière autour de moi soit la nuit ! »
  12. Même les ténèbres ne sont pas ténébreuses pour Toi,
    et la nuit devient lumineuse comme le jour :
    les ténèbres sont comme la lumière !
  13. C’est Toi qui as créé mes reins ;
    Tu m’abritais dans le sein maternel.
  14. Je confesse que je suis une vraie merveille,
    Tes œuvres sont prodigieuses :
    oui, je le reconnais bien.
  15. Mes os ne T’ont pas été cachés
    lorsque j’ai été fait dans le secret,
    tissé dans une terre profonde.
  16. Je n’étais qu’une ébauche et Tes yeux m’ont vu.
    Dans Ton livre ils étaient tous décrits,
    ces jours qui furent formés
    quand aucun d’eux n’existait.
  17. Dieu ! que tes projets sont difficiles pour moi,
    que leur somme est élevée !
  18. Je voudrais les compter, ils sont plus nombreux que le sable.
    Je me réveille, et me voici encore avec Toi.
  19. Dieu ! Si Tu voulais massacrer l’infidèle !
    Hommes sanguinaires, éloignez-vous de moi.
  20. Tes adversaires disent Ton nom pour tromper,
    ils le prononcent pour nuire.
  21. SEIGNEUR, comment ne pas haïr ceux (celles) qui te haïssent,
    ne pas être écœuré par ceux (celles) qui Te combattent ?
  22. Je les hais d’une haine parfaite,
    ils sont devenus mes propres ennemis.
  23. Dieu ! Ccrute-moi et connais mon cœur ;
    éprouve-moi et connais mes soucis.
  24. Vois donc si je prends le chemin périlleux,
    et conduis-moi sur le chemin de toujours.
BIBLE TOB À NOTES ESSENTIELLES
121 Commentaires

Psaume 139 français courant

La Bible en français courant est une version qui propose un langage simple, clair et accessible. La richesse de la langue hébraïque offre aux traducteurs de multiples choix. La traduction en français est donc en soi déjà une interprétation et la variété des versions de la Bible est un enrichissement de sens.

1 Du répertoire du chef de chorale. Psaume appartenant au recueil de David.
Seigneur, Tu regardes jusqu’au fond de mon cœur, et Tu sais tout de moi :

2 Tu sais si je m’assieds ou si je me lève ;
longtemps d’avance, Tu connais mes pensées.

3 Tu remarques si je suis dehors ou chez moi,
Tu es au courant de tout ce que je fais.

4 La parole n’est pas encore arrivée à mes lèvres,
que Tu sais déjà tout ce que je vais dire.

5 Tu es derrière moi, devant aussi,
Tu poses Ta main sur moi.

6 Que Tu me connaisses à ce point est trop merveilleux pour moi,
et dépasse tout ce que je peux comprendre.

7 Où pourrais-je aller loin de Toi ?
Où fuir loin de Ta présence ?

8 Si je monte au ciel, Tu es là ;
si je me couche parmi les morts, T’y voici.

9 Si je m’envole jusqu’au soleil levant,
ou si je vais m’établir au soleil couchant,

10 même là Ta main me guide,
Ta main droite ne me lâche pas.

11 Si je dis : « Que l’obscurité m’engloutisse,
qu’autour de moi le jour se fasse nuit ! »

12 Pour Toi, l’obscurité devient lumière,
et la nuit claire comme le jour ;
ténèbres ou lumière, pour Toi c’est pareil.

13 C’est Toi qui as créé ma conscience,
qui m’as tissé dans le ventre de ma mère.

14 Seigneur, merci d’avoir fait de mon corps une aussi grande merveille.
Ce que Tu réalises est prodigieux, j’en ai bien conscience.

15 Mon corps n’avait pas de secret pour Toi,
quand tu me façonnais en cachette et me tissais dans le ventre de ma mère.

16 Quand j’y étais encore informe, Tu me voyais ;
dans ton livre, Tu avais déjà noté toutes les journées que tu prévoyais pour moi,
sans qu’aucune d’elles ait pourtant commencé.

17 Qu’il m’est difficile de Te saisir par la pensée, ô Dieu,
il y a tant de points à considérer !

18 Comment pourrais-je les compter ?
Il y en a plus que de grains de sable.
Même si j’arrivais au bout de mon calcul,
je n’aurais pas fini de Te comprendre.

19 O Dieu, Tu devrais supprimer les méchants (et les méchantes)
et chasser loin de moi ces meurtriers.

20 Ils parlent de Toi pour intriguer,
et prononcent Ton nom pour mentir.

21 J’ai du dégoût pour ceux (celles) qui s’opposent à Toi ;
Seigneur, je déteste ceux (celles) qui Te détestent.

22 Ma haine pour eux (elles) est totale,
ils (elles) sont pour moi des ennemis personnels.

23 O Dieu, regarde jusqu’au fond de mon cœur, et sache tout de moi.
Mets-moi à l’épreuve, reconnais mes préoccupations profondes.

24 Vois bien que je n’ai pas adoré de faux dieu,
et conduis-moi sur le chemin qui a toujours été le tien.

Psaume 139 Louis Segond

Voici la traduction du psaume 139 dans la Version Segond 21. Cette traduction est reconnue pour sa qualité, à la fois proche du texte original et dans un français fluide.

  1. Au chef de chœur. Psaume de David.
    Eternel, Tu m’examines et Tu me connais,
  2. Tu sais quand je m’assieds et quand je me lève,
    Tu discernes de loin ma pensée.

3 Tu sais quand je marche et quand je me couche,
et toutes mes voies Te sont familières.

4 La parole n’est pas encore sur ma langue que déjà, Eternel,
Tu la connais entièrement.

5 Tu m’entoures par-derrière et par-devant,
et Tu mets Ta main sur moi.

6 Une telle connaissance est trop extraordinaire pour moi,
elle est trop élevée pour que je puisse l’atteindre.

7 Où pourrais-je aller loin de Ton Esprit,
où pourrais-je fuir loin de Ta présence ?

8 Si je monte au ciel, Tu es là ;
si je me couche au séjour des morts, Te voilà.

9 Si je prends les ailes de l’aurore pour habiter à l’extrémité de la mer,

10 là aussi Ta main me conduira, Ta main droite m’empoignera.

11 Si je me dis : « Au moins les ténèbres me couvriront »,
la nuit devient lumière autour de moi !

12 Même les ténèbres ne sont pas obscures pour Toi :
la nuit brille comme le jour, et les ténèbres comme la lumière.

13 C’est Toi qui as formé mes reins, qui m’as tissé dans le ventre de ma mère.

14 Je Te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse.
Tes œuvres sont admirables, et je le reconnais bien.

15 Mon corps n’était pas caché devant toi lorsque j’ai été fait dans le secret,
tissé dans les profondeurs de la terre.

16 Je n’étais encore qu’une masse informe,
mais Tes yeux me voyaient,
et sur Ton livre étaient inscrits tous les jours qui m’étaient destinés
avant qu’un seul d’entre eux n’existe.

17 Que tes pensées, ô Dieu, me semblent impénétrables !
Que leur nombre est grand !

18 Comment les compter ?
Elles sont plus nombreuses que les grains de sable.
Je me réveille, et je suis encore avec Toi.

19 O Dieu, si seulement Tu faisais mourir le méchant (la méchante) !
Hommes (femmes) sanguinaires, éloignez-vous de moi !

20 Ils (elles) parlent de Toi pour appuyer leurs projets criminels,
ils (elles) utilisent Ton nom pour mentir, eux (elles), tes ennemis !

21 Eternel, comment pourrais-je ne pas détester ceux (celles) qui Te détestent,
ne pas éprouver du dégoût pour ceux (celles) qui Te combattent ?

22 Je les déteste de façon absolue, ils (elles) sont pour moi des ennemis.

23 Examine-moi, ô Dieu, et connais mon cœur,
mets-moi à l’épreuve et connais mes pensées !

24 Regarde si je suis sur une mauvaise voie
et conduis-moi sur la voie de l’éternité !

Psaume 139 en hébreu

א  לַמְנַצֵּחַ, לְדָוִד מִזְמוֹר:
יְהוָה חֲקַרְתַּנִי,    וַתֵּדָע.
1 Au chef des chantres. Psaume de David.
Seigneur, Tu m’as examiné à fond et Tu me connais.

ב  אַתָּה יָדַעְתָּ, שִׁבְתִּי וְקוּמִי;    בַּנְתָּה לְרֵעִי, מֵרָחוֹק.
2 Tu connais tous mes faits et gestes,
longtemps d’avance Tu es instruit de ma pensée.

ג  אָרְחִי וְרִבְעִי זֵרִיתָ;    וְכָל-דְּרָכַי הִסְכַּנְתָּה.
3 Ma marche et mon repos, Tu les détermines,
toutes mes voies Te sont familières.

ד  כִּי אֵין מִלָּה, בִּלְשׁוֹנִי;    הֵן יְהוָה, יָדַעְתָּ כֻלָּהּ.
4 Certes la parole n’est pas encore née sur ma langue,
que déjà, Seigneur, elle T’est dévoilée tout entière.

ה  אָחוֹר וָקֶדֶם צַרְתָּנִי;    וַתָּשֶׁת עָלַי כַּפֶּכָה.
5 Tu me serres de près derrière et devant,
et tu poses sur moi Ta main.

ו  פלאיה (פְּלִיאָה) דַעַת מִמֶּנִּי;    נִשְׂגְּבָה, לֹא-אוּכַל לָהּ.
6 Cette science est trop prodigieuse pour moi,
trop sublime pour que je puisse la saisir.

ז  אָנָה, אֵלֵךְ מֵרוּחֶךָ;    וְאָנָה, מִפָּנֶיךָ אֶבְרָח.
7 Où me retirerais-je devant Ton Esprit ?
Où chercherais-je un refuge [pour me dérober ou fuir de] à ta face ?

ח  אִם אֶסַּק שָׁמַיִם, שָׁם אָתָּה;    וְאַצִּיעָה שְּׁאוֹל הִנֶּךָּ.
8 Si j’escalade les cieux, Tu es là,
si je fais du Cheol ma couche, te voici encore!

ט  אֶשָּׂא כַנְפֵי-שָׁחַר;    אֶשְׁכְּנָה, בְּאַחֲרִית יָם.
9 Que je m’élève sur les ailes de l’aurore,
pour m’établir aux confins des mers,

י  גַּם-שָׁם, יָדְךָ תַנְחֵנִי;    וְתֹאחֲזֵנִי יְמִינֶךָ.
10 là aussi Ta main me guiderait,
et Ta droite se saisirait de moi.

יא  וָאֹמַר, אַךְ-חֹשֶׁךְ יְשׁוּפֵנִי;    וְלַיְלָה, אוֹר בַּעֲדֵנִי.
11 Si je dis: « Que du moins les ténèbres m’enveloppent,
que la lumière du jour se change en nuit pour moi! »

יב  גַּם-חֹשֶׁךְ,    לֹא-יַחְשִׁיךְ מִמֶּךָּ:
וְלַיְלָה, כַּיּוֹם יָאִיר–    כַּחֲשֵׁיכָה, כָּאוֹרָה.
12 Les ténèbres mêmes ne sont pas obscures pour Toi,
la nuit est lumineuse comme le jour,
l’obscurité est clarté [pour Toi].

יג  כִּי-אַתָּה, קָנִיתָ כִלְיֹתָי;    תְּסֻכֵּנִי, בְּבֶטֶן אִמִּי.
13 Car c’est Toi qui as façonné mes reins,
Tu m’as pétri dans le sein de ma mère.

יד  אוֹדְךָ–    עַל כִּי נוֹרָאוֹת, נִפְלֵיתִי:
נִפְלָאִים מַעֲשֶׂיךָ;    וְנַפְשִׁי, יֹדַעַת מְאֹד.
14 Je Te rends grâce de m’avoir si merveilleusement distingué;
Tes œuvres sont prodigieuses, mon âme le sait parfaitement.

טו  לֹא-נִכְחַד עָצְמִי,    מִמֶּךָּ:
אֲשֶׁר-עֻשֵּׂיתִי בַסֵּתֶר;    רֻקַּמְתִּי, בְּתַחְתִּיּוֹת אָרֶץ.
15 Mon être n’échappa point à Tes regards,
quand je fus formé dans le mystère,
artistement organisé dans les profondeurs de la terre.

טז  גָּלְמִי, רָאוּ עֵינֶיךָ,    וְעַל-סִפְרְךָ, כֻּלָּם יִכָּתֵבוּ:
יָמִים יֻצָּרוּ;    ולא (וְלוֹ) אֶחָד בָּהֶם.
16 Tes yeux me voyaient, quand j’étais une masse informe,
et sur ton livre se trouvaient inscrits tous les jours qui m’étaient réservés,
avant qu’un seul fût éclos.

יז  וְלִי–מַה-יָּקְרוּ רֵעֶיךָ אֵל;    מֶה עָצְמוּ, רָאשֵׁיהֶם.
17 Mais pour moi, ô Dieu, que Tes pensées m’accablent !
Que leur somme est infinie !

יח  אֶסְפְּרֵם, מֵחוֹל יִרְבּוּן;    הֱקִיצֹתִי, וְעוֹדִי עִמָּךְ.
18 Les compterai-je ? Elles sont plus nombreuses que les grains de sable ;
quand je me réveille, je suis encore plein de Ta pensée.

יט  אִם-תִּקְטֹל אֱלוֹהַּ רָשָׁע;    וְאַנְשֵׁי דָמִים, סוּרוּ מֶנִּי.
19 Ah ! si seulement, ô Dieu, Tu faisais périr l’impie !
Si seulement les hommes (femmes) de sang s’éloignaient de moi!

כ  אֲשֶׁר יֹמְרוּךָ, לִמְזִמָּה;    נָשׂוּא לַשָּׁוְא עָרֶיךָ.
20 Car ils te nomment à l’appui de leurs desseins criminels ;
eux (elles), tes adversaires, invoquent [ton nom] pour le mensonge.

כא  הֲלוֹא-מְשַׂנְאֶיךָ יְהוָה אֶשְׂנָא;    וּבִתְקוֹמְמֶיךָ, אֶתְקוֹטָט.
21 A coup sûr, je déteste ceux (celles) qui Te haïssent,
j’ai en horreur ceux (celles) qui se dressent contre Toi.

כב  תַּכְלִית שִׂנְאָה שְׂנֵאתִים;    לְאוֹיְבִים, הָיוּ לִי.
22 Je leur ai voué une haine infinie,
je les considère comme des ennemis.

כג  חָקְרֵנִי אֵל, וְדַע לְבָבִי;    בְּחָנֵנִי, וְדַע שַׂרְעַפָּי.
23 Scrute-moi, ô Dieu, et examine mon cœur ;
éprouve-moi, et prends connaissance de mes pensées.

כד  וּרְאֵה, אִם-דֶּרֶךְ-עֹצֶב בִּי;    וּנְחֵנִי, בְּדֶרֶךְ עוֹלָם.
24 Tu verras s’il est en moi des habitudes vicieuses :
guide-moi dans le chemin de l’éternité.

Voici une vidéo du Psaume 139 plsalmodié en hébreu

Psaume 139 en anglais

Voici la version de la Bible King James.

  1. 139 O lord, thou hast searched me, and known me.

    Thou knowest my downsitting and mine uprising, thou understandest my thought afar off.

    Thou compassest my path and my lying down, and art acquainted with all my ways.

    For there is not a word in my tongue, but, lo, O Lord, thou knowest it altogether.

    Thou hast beset me behind and before, and laid thine hand upon me.

    Such knowledge is too wonderful for me; it is high, I cannot attain unto it.

    Whither shall I go from thy spirit? or whither shall I flee from thy presence?

    If I ascend up into heaven, thou art there: if I make my bed in hell, behold, thou art there.

    If I take the wings of the morning, and dwell in the uttermost parts of the sea;

    10 Even there shall thy hand lead me, and thy right hand shall hold me.

    11 If I say, Surely the darkness shall cover me; even the night shall be light about me.

    12 Yea, the darkness hideth not from thee; but the night shineth as the day: the darkness and the light are both alike to thee.

    13 For thou hast possessed my reins: thou hast covered me in my mother’s womb.

    14 I will praise thee; for I am fearfully and wonderfully made: marvellous are thy works; and that my soul knoweth right well.

    15 My substance was not hid from thee, when I was made in secret, and curiously wrought in the lowest parts of the earth.

    16 Thine eyes did see my substance, yet being unperfect; and in thy book all my members were written, which in continuance were fashioned, when as yet there was none of them.

    17 How precious also are thy thoughts unto me, O God! how great is the sum of them!

    18 If I should count them, they are more in number than the sand: when I awake, I am still with thee.

    19 Surely thou wilt slay the wicked, O God: depart from me therefore, ye bloody men.

    20 For they speak against thee wickedly, and thine enemies take thy name in vain.

    21 Do not I hate them, O Lord, that hate thee? and am not I grieved with those that rise up against thee?

    22 I hate them with perfect hatred: I count them mine enemies.

    23 Search me, O God, and know my heart: try me, and know my thoughts:

    24 And see if there be any wicked way in me, and lead me in the way everlasting.

Psaume 139 en créole

Som 139

  1. Pou chèf sanba yo. Se yon sòm David.
    Seyè, ou sonde m’, ou konnen ki moun mwen ye.
  2. Ou konnen lè m’ chita, ou konnen lè m’ kanpe.
    Ou rete byen lwen, ou konnen tou sa k’ap pase nan tèt mwen.
  3. Mwen te mèt ap mache, mwen te mèt kouche,
    ou wè m’, ou konnen tou sa m’ap fè.
  4. Mwen poko menm louvri bouch mwen,
    ou gen tan konnen tou sa mwen pral di.
  5. Kote m’ vire, ou la bò kote m’,
    w’ap pwoteje m’ ak pouvwa ou.
  6. Konesans ou genyen yo twòp pou mwen.
    Yo depase m’, mwen pa konprann yo.
  7. Ki bò mwen ta ale pou m’ pa jwenn ak ou?
    Ki bò mwen ta ale pou ou pa wè m’ devan je ou?
  8. Si m’ moute nan syèl la, se la ou ye.
    Si m’ desann kote mò yo ye a, ou la tou.
  9. Si m’ vole ale bò kote solèy leve,
    osinon si m’ al rete bò lòt bò lanmè,
  10. l’a ankò, w’ap toujou la pou mennen m’,
    w’ap la pou pwoteje m’.
  11. Si mwen di: -Bon! M’ pral kache nan fènwa a.
    M’ pral rete kote tout limyè mouri.
  12. Fènwa pa fè nwa pou ou.
    Lannwit klere kou lajounen pou ou.
    Kit li fènwa, kit li lajounen, se menm bagay pou ou.
  13. Wi, se ou ki fòme tout pati nan kò m’,
    se ou ki ranje yo byen ranje nan vant manman m’.
  14. M’ap fè lwanj ou, paske ou pa manke fè bèl bagay.
    Tou sa ou fè se bèl bagay.
    Mwen konn sa byen.
  15. Ou te konnen tout zo nan kò m’,
    depi lè m’ t’ap fòme kote moun pa t’ ka wè a,
    depi lè ou t’ap travay mwen ak ladrès nan fon tè a.
  16. Depi anvan m’ te fèt, tout lavi m’ te devan je ou.
    Tou sa mwen tapral fè te deja ekri nan liv ou,
    anvan menm mwen te fè yo.
  17. Bondye, sa ki nan tèt ou twò difisil pou m’ konprann,
    lèfini yo anpil!
  18. Si m’ ta vle konte yo, yo ta pi plis pase grenn sab ki bò lanmè.
    Si m’ ta janm rive fin konte yo,
    mwen p’ap pi konnen ou pase sa.
  19. Bondye, si ou ta vle touye mechan yo!
    Si ou ta vle fè ansasen yo manyè kite m’ an repo!
  20. Yo anba chal!
    Y’ap revòlte kont ou.
    Y’ap pale ou mal.
  21. Seyè, kouman ou ta vle pou m’ pa rayi moun ki rayi ou yo!
    Kouman ou ta vle pou m’ pa gen degoutans pou moun k’ap leve dèyè ou yo?
  22. Mwen pa manke rayi yo.
    Mwen konsidere yo tankou lènmi m’.
  23. Sonde m’, Bondye! Wè tou sa ki nan kè m’!
    Fouye m’! Wè tou sa ki nan lide m’!

24. Gade wè si m’ sou yon move chemen.
Mennen m’ sou chemen ki la pou tout tan an.

Texte de Frédérique Jaccard-Bille d’après la vidéo de Carolina Costa

  • La Bible, Broché – Grands caractères, 31 août 2011
La Bible
  • Segond 21 (Author)

Si l’article t’as plu, tu es libre de le partager 😉

Accessible pour une durée limitée:

Emangile 3.0
Emangile 3.0
Carolina Costa

Carolina Costa

Je suis théologienne, formée à l’Université de Genève, à la faculté autonome de Théologie Protestante (master UNIGE).

J’y ai acquis des compétences historico-critiques et appris le grec et l’hébreu, ce qui me permet de pratiquer mes propres traductions plus contemporaines et accessibles.

J’incarne une théologie réformée progressiste, inclusive, existentielle et joyeuse, en me servant de différents supports comme la vidéo, pour déployer mon énergie et l’Amour contagieux du Christ.

J’écris des livres sur les grandes étapes de la vie et je diffuse chaque semaine des vidéos brèves sur la foi sur les réseaux sociaux.

Carolina Costa

Tu veux découvrir un Christianisme ouvert et progressiste ?

Carolina Costa

Tu veux découvrir un Christianisme ouvert et progressiste?

Salut, je m’appelle Carolina Costa. Je suis pasteure et théologienne. Je suis décidée à te faire découvrir l’Amour inconditionnel transmis par Jésus-Christ.