Skip to content

Dieu

L'univers de Dieu

Un petit mot pour dire l’Infini, le « plus grand que nous », l’Éternel. Un mot usé et abusé durant des siècles pour le meilleur mais aussi pour le pire. On ressuscite et change le monde au nom de Dieu, comme on violente et on tue au nom de Dieu. Est-ce que ce mot a la même signification pour une personne chrétienne, hindoue, juive ou musulmane ? Un même mot pour autant d’interprétations, de réalités et de sens différents. Comment l’expliquer ?

Dieu, c’est une aventure humaine et spirituelle à vivre et à découvrir au fil de la vie. En toute humilité se placer comme une chercheuse ou un chercheur de vérité sous le ciel étoilé. Partir en quête de Dieu est passionnant, vertigineux mais avec une surprise certaine qui nous attend au cours du chemin…celle de découvrir que tout le long nous sommes toujours accompagnés par une Présence lumineuse, mystérieuse et profondément aimante. Alors prêts à faire confiance ?

Signification du mot Dieu ?

Etymologie du mot Dieu

Dieu en français vient du latin Deus = qui signifie dieu ou Dieu
Deus en latin vient d’une racine indo-européenne dei = qui signifie « briller ».

Le mot Dieu est donc lié à la notion de lumière, de rayonnement, de brillance.

En hébreu, dans le Premier/Ancien Testament de la Bible, Dieu est un mot imprononçable qu’on appelle aussi le Tétragramme sacré. Il s’agit de 4 consonnes qui ne comporte aucune voyelle et qui rend donc difficile, voir impossible, sa prononciation. Certaines personnes le prononcent toutefois par Yahweh.

Mais selon la Torah (Loi hébraïque), il est interdit de prononcer le Nom de Dieu. Dans le Judaïsme, mais aussi dans le Christianisme, Dieu est nommé de diverses manières comme nous l’expliquons ci-dessous.

Les noms de Dieu dans la Bible ?

Dieu dans la Bible hébraïque/ Ancien/Premier Testament

Cette Bible est partagée par le Judaïsme et le Christianisme, où il existe plusieurs mots pour désigner Dieu dans les Écritures en hébreu.

EL 
Ce mot provient des langues sémitiques (langues parlées dès l’Antiquité principalement au Moyen-Orient) qui apparaissent bien avant l’hébreu biblique, pour désigner Dieu ou la divinité dans un sens plus large. On retrouve ce mot dans la Bible hébraïque (Ancien/Premier Testament pour le christianisme) pour désigner principalement le Dieu unique du peuple hébreu.

ELOHIM 
C’est un mot au pluriel qui désigne également Dieu dans la Bible hébraïque (Ancien/Premier Testament pour le Christianisme) et qui apparaît plus de 2’000 fois pour désigner le Dieu d’Israël. Mais ce mot est aussi utilisé parfois pour désigner les divinités étrangères. C’est aussi ce mot qui est le plus fréquemment utilisé dans le livre de la Genèse pour désigner Dieu en particulier lors de la création du monde. Elohim accentue l’image de Dieu dans sa puissance.

Le fait que ce mot soit utilisé au pluriel a été source de nombreuses interrogations et interprétations au fil des siècles. Certains chrétiens y ont vu l’annonce de la Trinité, quand d’autres y voient la trace des extraterrestres (secte des raëliens).

Aujourd’hui, la recherche historique s’accorde à dire qu’il s’agit là certainement de la trace de l’évolution et du passage entre le polythéisme (croyances en plusieurs divinités) et le monothéisme dans l’histoire du peuple hébreu qui deviendra le peuple d’Israël.

EL-SHADDAÏ
Ce mot est souvent traduit en français par Dieu tout-puissant. Il apparaît notamment 33 fois dans le célèbre livre de Job.

ADONAÏ
La traduction de cette appellation de Dieu est « mon maître » ou « Seigneur ». Il est principalement en usage dans les prières, les chants et les liturgies actuelles du Judaïsme et parfois aussi du Christianisme dans les communautés protestantes.

Chant : « Nous adorons Adonaï »

YHWH
Le fameux Tétragramme sacré, le nom imprononçable de Dieu, traduit généralement par LE SEIGNEUR ou par l’ÉTERNEL dans les Bibles protestantes et qui semble plus proche du sens hébreu. Il apparaît près de 7’000 fois dans la Bible hébraïque (Ancien/Premier Testament pour le christianisme). Il nous rappelle qu’aucun mot ne peut contenir Dieu, ni l’enfermer dans un mot ou un concept. Que Dieu est et sera toujours plus que ce qu’on ne pourra jamais en dire en tant qu’humain.

Tétragramme YHWH
etsy.com

Certaines traductions françaises chrétiennes l’ont parfois transcrites par Yahvé, Yahweh, Jéhovah (qui donne d’ailleurs le nom à la secte des Témoins de Jéhovah). Ce mot permet de dire quelque chose de l’ineffable, de ce Dieu Tout Autre qu’aucun concept, aucun mot ne peut véritablement retranscrire car toujours l’Au-delà de tout.

HA-SHEM
Il se traduit simplement par Le NOM. Une manière d’invoquer Dieu et de sanctifier son Nom saint comme le demande le troisième Commandement ou la Parole de Vie « Tu ne prononceras pas le nom divin en vain » (Livre de l’Exode, chapitre 20 verset 7). Ce mot est utilisé principalement dans la vie courante des personnes juives pour nommer Dieu.

EHYEH ACHER EHYEH
Cette appellation apparaît dans l’épisode de la rencontre entre Moïse et Dieu dans l’épisode du buisson ardent et peut se traduire de diverses manières : « JE SUIS » ou « Je suis Celui qui est, qui était et qui vient » ou « Je suis qui je suis » ou « Je serai qui je serai » comme dans la version Bible parole de vie ci-dessous.

Extrait dans Livre de l’Exode, chapitre 3, verset 13 à 15.

« Bien ! dit Moïse. Je vais donc aller trouver les Israélites et leur dire : “Le Dieu de vos ancêtres m’envoie vers vous”. Mais ils me demanderont ton nom. Que leur répondrai-je ? »

Dieu déclara à Moïse : « Je serai qui je serai. Voici donc ce que tu diras aux Israélites : Je serai m’a envoyé vers vous”.

Puis tu ajouteras : “C’est le Seigneur qui m’a envoyé vers vous, le Dieu de vos ancêtres, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob.” Tel est mon nom pour toujours, le nom par lequel les êtres humains de tous les temps pourront m’invoquer. »

On voit également ici que Dieu lui-même se révèle un Dieu intime et personnel avec chaque personne. Je suis le Dieu d’Abraham, d’Isaac etc. Une manière de dire aussi que chaque personne nomme Dieu à sa manière dans sa relation personnelle.

Conversation avec Dieu

Dieu dans le Nouveau Testament.

Le mot Dieu apparaît également en grec ancien sous diverses dénominations.

THEOS
Littéralement ce mot signifie dieu ou Dieu. Il est le dérivé en grec de l’hébreu EL (voir explication plus haut). C’est de ce mot que nous faisons dériver par exemple dans le mot théologie qui n’est autre que « le discours sur Dieu ».

Les pasteurs et les prêtres doivent étudier la théologie, autrement dit les écrits bibliques mais aussi les écrits qui ont élaborés un discours sur Dieu au sein du Christianisme en particulier. Or, il existe diverses théologies (libérale, paulinienne, apophatique, féministe, de la libération, inclusive, queer, non-duelle etc.) Le fait est déjà que dans la Bible, il existe différents livres qui parlent diversement de Dieu ou du Christ. Ils sont donc déjà le reflet d’une diversité d’interprétations et d’expériences de Dieu.

KURIOS
Ce nom reprend le mot hébreu Adonaï, traduit dans la version grecque de la Bible (la Septante LXX) par Seigneur. Une manière d’accentuer aussi la dimension de puissance de Dieu. Ce qui est intéressant c’est que ce nom est aussi donné à Jésus lui-même dans les Evangiles. En effet, de nombreux chrétiens ont cru après la résurrection de Jésus, qu’il était Christ, incarnation de Dieu sur terre. Dieu prenant le visage humain de Jésus pour se révéler.  

ABBA
C’est le nom que Jésus donne à Dieu lorsqu’il s’adresse à Lui, en particulier dans la prière du Notre Père. Ce mot signifie Papa ou traduit plus communément par Père. La spécificité de Jésus-Christ est d’avoir nommé Dieu de la manière la plus intime qui soit, nous révélant un Dieu encore plus proche et intime de chaque être humain. Dans les théologies progressistes et contemporaines, nous pouvons également nommer Dieu comme une Mère aussi. Plusieurs exemples existent au sein même de la Bible comme ci-dessous.

Extrait dans le Livre d’Esaïe, chapitre 49, versets 14 à 15

« Il disait : L’Éternel m’a abandonné,
Le Seigneur m’a oublié !
L’Éternel répond :
Une femme oublie-t-elle son nourrisson ?
N’a-t-elle pas compassion de l’enfant de ses entrailles ?
Et quand bien même elle l’oublierait…
Moi je ne t’oublierai pas. »

Dieu père et mère

LOGOS
Dans l’évangile de Jean, l’auteur commence en disant que Dieu est logos. Ce mot peut être traduit par Verbe, Parole, Information, Mot. Il est très intéressant de relever que tous ces mots traduisent une expérience de Dieu qui est toujours relationnelle. Dieu est un être qui se communique aux humains et qui souhaite leur transmettre une parole : celle de son Amour inconditionnel.

C’est pourquoi le Christianisme parle aussi d’Evangile, qui est la communication d’une Bonne Nouvelle par le Christ : l’Amour de Dieu pour tout être vivant.

AMOUR
Cette manière d’appeler Dieu revient à l’auteur de la première lettre de Jean.

Extrait 1ère lettre de Jean, chapitre 4, versets 7-8 (trad. Carolina Costa)

« Très chers amies et amis, aimons-nous les unes, les uns les autres,
car l’Amour vient de Dieu.
Quiconque aime est enfant de Dieu
et connaît (fait l’expérience de) Dieu.

Celui ou celle qui ne pratique pas l’Amour agapè,
ne connaît pas (ou n’expérimente pas) Dieu,
car Dieu est Amour. »

EMMANUEL
C’est le mot que l’ange Gabriel annonce au sujet de la naissance du Christ. Ce prénom hébreu signifie Dieu (El origine hébreu ancien) avec nous.
En effet, Jésus, considéré comme le Sauveur, exprime par ce prénom cette présence de Dieu au cœur du monde, par son incarnation.

Quelle est l’origine du mot Dieu ?

Ce mot désignera indifféremment, selon le contexte littéraire, la divinité pour le polythéisme (plusieurs dieux) ou le Dieu unique pour le monothéisme (un seul Dieu).

Voir ci-dessus au paragraphe 1.1 Étymologie du mot Dieu

Qui est le vrai nom de Dieu ?

Par nature, Dieu est au-delà des noms que les humains pourraient lui attribuer. Chaque personne est invitée à découvrir la Présence de Dieu dans sa vie, mais chacun, dans sa relation intime et personnelle, lui donnera le nom qui lui semblera le plus familier pour vivre cette relation, selon sa culture, son environnement, son contexte, sa tradition religieuse et spirituelle.

Le nom de Dieu ou la manière de s’adresser à Lui (ou Elle), peut évoluer au fil du temps et se modifier. Nous aurons peut-être parfois envie de nous adresser à Dieu, au Seigneur, à l’Eternel, à Allah (qui signifie simplement Dieu en arabe), à l’Amour, au Christ etc.

Il n’existe pas de « vrai nom de Dieu » car Dieu est et existe, indépendamment de nos appellations. Mais la Bible nous révèle que Dieu s’engage dans une relation vraie avec chaque personne qui se tourne vers Lui (ou Elle).

Figure de Dieu

Qui est Dieu ?

Combien de personnes sont mortes pour avoir osé répondre à cette question. Aujourd’hui encore, elle est périlleuse selon le contexte. Cela révèle bien que toute personne qui s’aventure sur ce terrain devrait peut-être commencer avec humilité et prudence par les mots Je crois ou j’expérimente que

Car tenter de dire Dieu, c’est tenter de dire ce qui est au-dessus et au-delà de tout. Ce qui contient le tout. C’est comme tenter de parler de l’univers avec un regard extérieur alors qu’on en fait pleinement partie. C’est tout simplement impossible !

La théologie apophatique (chrétienne, juive ou philosophique) par exemple s’intéresse ainsi à énoncer tout ce qu’on ne peut pas dire de Dieu, plutôt que ce qu’on peut en dire, puisque c’est peine perdue d’avance.

Toutefois, de nombreuses personnes témoignent tout au long des siècles d’une expérience mystique, intérieure, profonde, à la fois intime et personnelle et avec une portée universelle. Combien de livres ou de poèmes écrits sur le sujet. La beauté de la nature témoigne de son créateur, le silence et l’écoute profonde nous révèle un murmure divin, la musique et les arts témoignent d’une inspiration qui vient d’ailleurs…Le mystère de Dieu est à la fois infini et se laisse pénétrer par tout un chacun de multiples manières.

Comme le disait Jésus : « Il existe de multiples manières de demeurer dans la maison de mon Père » (Evangile de Jean, chapitre 14, verset 2)

Qui est le Dieu des chrétiens ?

Pour les chrétiennes et les chrétiens, Dieu s’est révélé pleinement dans le Christ mais cela n’exclue pas d’autres voies spirituelles qui mènent à la Source première et originelle de toute vie. Nous croyons que Dieu s’est fait chair, c’est-à-dire qu’Il s’est donné pleinement « à voir » et « à entendre » à travers Jésus pour nous révéler qu’Il est un Dieu de tout Amour. C’est pourquoi on utilise l’expression que Jésus est fils de Dieu.

Jésus sur la croix

Toutefois, le Christianisme reste un monothéisme car nous croyons que Dieu est Un. Créateur de l’univers et de tout ce qui vit. Autrement dit, nous avons toutes et tous une seule et même origine. En outre, il faut toujours rappeler que Jésus était juif, donc son héritage spirituel et religieux était ancré dans le Judaïsme du 1er siècle. Mais sa manière de parler de Dieu a été renversante et bousculante.

Jésus appelait Dieu Abba, ce qui signifie Papa ou Père. Il a montré par sa vie que Dieu était au plus près de nous, qu’Il venait jusqu’à nous dans tous les recoins de notre vie. Plus que cela encore, Jésus-Christ a montré un Dieu d’un Amour sans conditions, infiniment miséricordieux en s’approchant de toutes les personnes généralement exclues par la religion. Avec Jésus, Dieu s’approche de nous pour nous relever, nous consoler, nous pardonner, nous aimer en nous rappelant que nous sommes toutes et tous des enfants bien-aimés de Dieu sans réserve et sans conditions.

le-retour-du-fils-prodigue
Tableau de Rembrant « Le fils prodigue »

Dieu dans la Bible

Pour la tradition chrétienne, la Bible est le lieu de la transmission par excellence d’une Parole inspirée par Dieu pour les croyantes et les croyants mais sans exclure d’autres canaux. La Bible est le témoignage de femmes et d’hommes qui ont vécu une expérience intérieure et communautaire avec Dieu.

Dans la Bible, Dieu apparaît de multiples manières à travers ses auteurs tant dans le Premier Testament que dans le Nouveau Testament.

  • Dieu créateur du Ciel et de la terre (Livre de la Genèse)
  • Dieu libérateur (Livre de l’Exode)
  • Dieu qui donne des Paroles de vie (Livre du Deutéronome)
  • Dieu l’Eternel, le Seigneur, Celui qui est, qui était et qui vient
  • Dieu mère nourricière (Livre d’Esaïe)
  • Dieu qui avertit des dangers (Livre des prophètes)
  • Dieu qui relève face au malheur, au mal, aux ennemis (Livre de Job, Les Psaumes)
  • Dieu qui murmure dans un silence ténu (prophète Elie)
  • Dieu Source de nos désirs amoureux (Livre du Cantique des Cantiques)
  • Dieu de Miséricorde (Prophète Osée)
  • Dieu Père (Jésus)
  • Dieu de justice et de paix (Jésus)
  • Dieu Mère comme une Poule qui rassemble ses poussins (Jésus)
  • Dieu Pain de vie (Jésus)
  • Dieu Parole (Logos dans Evangile de Jean)
  • Dieu Amour (1ère lettre de Jean)
La Bible parole de Dieu

Preuve de l’existence de Dieu ?

Est-possible de prouver l’existence de Dieu par la science, la raison ou autre ? De nombreuses personnes ont consacré leur vie à tenter de prouver scientifiquement l’existence de Dieu. Mais, cela s’avère, du moins jusqu’à présent, impossible. Car comment parler de Celui ou Celle qui est à l’origine de tout alors que nous faisons partie du tout !

Et si Dieu était même une invention humaine ? La théologienne et pasteure Carolina Costa, t’emmène découvrir les contours de cette question dans la vidéo :

Auteure Carolina Costa
© Editions Atalahalta