Skip to content

DIEU EXISTE-T-IL ?

Aujourd’hui, j’aimerai vous parler DE L’EXISTENCE DE DIEU

Est-ce que Dieu existe ?

Création d'Adam Michel Ange
Image : Tableau de Michel Ange « La création d’Adam »

C’est LA grande question, celle qu’on entend le plus souvent quand on parle de religion ou de foi. C’est une question absolument incontournable pour l’être humain, qui semble être intrinsèquement dans une quête de sens à sa vie et sa présence dans le monde.

Le fait est que toutes les cultures ont été et sont traversées par des idées du divin et d’une transcendance : des cultures polythéistes de la Grèce ou de la Rome antique aux religions révélées – judaïsme, christianisme et islam, en passant par les cultes en Mésopotamie, les religions ou philosophies de vie en Inde et en Asie, etc., l’idée du divin est toujours présente dans les cultures humaines. Et l’humain cherche toujours à comprendre, à expliquer ce qui l’entoure.

En effet, l’histoire de l’humanité regorge de systèmes de pensée qui cherchent à prouver l’existence ou la non-existence de Dieu. Finalement, l’histoire de la pensée ressemble à un combat de boxe où chaque adversaire donne un coup en réponse au coup de la personne en face sur le ring. On a donc souvent le schéma suivant : une théorie prouve (ou pense prouver) l’existence de Dieu. Une théorie adverse prouve alors son contraire et ainsi de suite. Et c’est comme ça depuis des siècles !

Mais quand on parle des preuves de l’existence de Dieu, ou de sa non-existence, de quoi parle-t-on exactement ? En science, la preuve est ce qui sert à établir qu’une chose est vraie (Dictionnaire le Robert). En philosophie, la preuve est une proposition qui sert à démontrer la vérité de quelque chose, c’est-à-dire l’accord de cette chose avec la réalité. Il s’agit donc de prouver que l’existence de Dieu s’accorde logiquement avec la réalité telle que nous la connaissons, ou bien de prouver le contraire.

Le chat

Preuve que Dieu existe

Beaucoup de personnes, au fil des siècles, ont cherché à prouver l’existence de Dieu. C’était souvent des philosophes, qui s’interrogeaient sur le monde et la place de l’être humain dans celui-ci. Dans l’histoire de la philosophie, il existe ainsi un certain nombre de « preuves » de l’existence de Dieu, mais il y a eu trois arguments principaux.

Tout d’abord, celui que l’on appelle l’argument de la cause première. Il s’agit de dire que chaque chose a une cause qui l’amène à l’existence et que le monde doit, lui aussi, avoir une cause. Le monde a nécessairement été créé par quelque chose. Or, il faut bien que cette régression cesse, elle ne peut pas se poursuivre à l’infini : il faut une cause première à toutes choses, qui elle n’aurait pas été créée par une chose préexistante. C’est là que beaucoup de philosophes – tel que les grecs antiques Platon et Aristote, l’arabo-musulman Avicenne ou le latin Thomas d’Aquin par exemple – trouvent la preuve de l’existence de Dieu. Dieu serait cette cause première de toutes choses, la cause qui est advenue à l’existence par elle-même et dont découlent toutes les autres causes. C’est donc Dieu qui a créé le monde et qui en est la cause.

Univers de Dieu

En philosophie, on parle également d’un deuxième argument : l’argument ontologique, c’est-à-dire qui s’appuie sur une définition de l’être (en grec ontos) de Dieu pour prouver l’existence de Dieu. Ici, l’idée est qu’il fait partie de l’être de Dieu d’exister et que finalement, tout système de pensée logique contient en soi l’idée de l’existence de Dieu.

Cet argument a été surtout développé par le philosophe Descartes, dans les Méditations Métaphysiques. Pour résumer son argument en des mots simples : l’idée de Dieu nécessite forcément que Dieu existe, car à quoi servirait-il de penser Dieu sans penser qu’il existe ?

Enfin, le troisième argument philosophique connu est un argument de philosophie naturelle, c’est-à-dire qui se base sur l’observation empirique (qui s’appuie sur l’expérience) de la nature. L’idée est qu’il existe de l’ordre dans la nature. Or, cet ordre ne peut pas être produit de manière spontanée par la nature. Cet ordre est donc intentionnel, voulu par un·e créateur·trice, qui est Dieu. Cela rejoint ce que disait l’écrivain Voltaire : « L’univers m’embarrasse et je ne puis songer que cette grande horloge existe et n’ait pas d’horloger ».

Mais depuis l’essor des sciences dites dures (physique, biologie, chimie etc.) dans nos sociétés modernes, ces dernières ne sont pas non plus en reste pour tenter de répondre à cette grande question. Par exemple, le mathématicien Christoph Benzmüller a créé un logiciel informatique pour prouver la justesse de l’argument ontologique. S’appuyant sur la compétence de l’outil informatique, capable de valider sans erreur les démonstrations logiques, le scientifique en arrive à une conclusion : « Dieu, dans sa définition la plus répandue en métaphysique, existe nécessairement. On ne peut penser un monde dans lequel il n’existerait pas. »

Preuve que Dieu existe

Dieu n’existe pas

L’histoire de la philosophie regorge aussi d’arguments et de systèmes de pensée qui cherchent à prouver la non-existence de Dieu.

D’un point de vue logique, certaines personnes ont critiqué la théorie de la cause première, du fait que cette dernière n’a pas de cause et qu’elle est donc incréée. Or, selon certains courants de pensée, ce n’est absolument pas logique d’imaginer une chose incréée. Dieu ne peut donc pas avoir été incréé et il ne peut pas être la cause première de l’univers.

Toujours d’un point de vue logique, certaines personnes posent que l’idée de la nécessité de l’existence de Dieu ne fonctionne pas. En effet, si l’existence de Dieu est nécessaire, Dieu est obligé d’être – Il ne peut pas ne pas être. Or, Dieu est également défini comme omnipotent, capable de tout faire, et absolument libre. Mais Il ne peut pas à la fois exister nécessairement et être libre, sinon Il serait libre de ne pas exister. De même, Il ne peut pas exister nécessairement et être omnipotent, sinon Il pourrait faire qu’Il n’existe pas.

Enfin, pour certaines personnes Dieu n’existe pas. Pour preuve, le mal, les guerres, la souffrance, etc. Si Dieu existe, pourquoi ne fait-il rien contre tout cela ? Du coup, le fait même de l’existence de ces choses est une preuve de la non-existence de Dieu. C’est ce que l’on appelle l’argument de l’existence du mal. On trouve également l’argument de l’incroyance, c’est-à-dire le fait que si Dieu existe, pourquoi accepte-t-il qu’il y ait des personnes qui ne croient pas en Lui ?

Comment prouver que Dieu existe ?

Si les progrès scientifiques permettent d’avancer bien plus dans la validation d’énoncés logiques prouvant l’existence de Dieu, les personnes non-croyantes qui se laisseraient convaincre par ce type d’arguments sont tout de même peu nombreuses. Ce n’est d’ailleurs pas le but du travail des scientifiques, qui ne cherchent pas à donner raison à une religion ou une autre. La science cherche à élucider ce qui reste un des plus grands mystères de l’humanité, mais ne le fait pas au nom d’une foi spécifique.

Comment prouver que Dieu existe ?

Au final, comme le souligne le mathématicien Shahid Rahman : « La démonstration [scientifique] prouve l’existence logico-mathématique d’une entité abstraite présentant certaines propriétés, mais pas celle qui déclenche l’amour, et encore moins le fanatisme”.

Au fond, nous savons bien que l’existence de Dieu ne sera jamais vraiment prouvée au sens où on l’entend de manière commune. Dieu n’apparait pas en chair et en os quand nous exigeons une preuve. Et c’est tant mieux !

C’est tant mieux dans la mesure où les personnes croyantes n’ont pas besoin de ces preuves pour croire. La foi ne repose pas sur une preuve scientifique et concrète, mais sur ce que le réformateur allemand du 16ème siècle Martin Luther appelle une intime conviction. Pour lui, c’est universel, chaque humain porte en lui un sentiment de Dieu. C’est parce que l’humain a été créé par Dieu que nous portons toutes et tous en nous une idée de Dieu. 

En fait, la question même de l’existence de Dieu n’est pas ce qui importe aux personnes croyantes. Ce qui est important, ce n’est pas de savoir qu’il y a un Dieu mais plutôt de comprendre qui est Dieu et ce qu’Il ou Elle est pour nous.

Comment prouver que Dieu existe

La foi, c’est croire en Dieu. Mais il y plusieurs manières d’y croire. Par exemple, certaines personnes vont croire en Dieu à travers un ensemble de valeurs : la personne qui croit en l’amour, la charité, le pardon, et qui pense que c’est ça le centre de sa vie, c’est ce en quoi elle croit. Du coup, pour cette personne Dieu est ces valeurs : là où il y a l’amour, la charité, le pardon, Dieu est présent. Si ces valeurs existent, Dieu existe, et peu importe que rien ne prouve son existence en termes matériels.

D’autres personnes vont avoir une foi plus intellectuelle, et rejoindront les preuves de l’existence de Dieu des philosophes, que nous avons vu plus haut. Dieu peut alors être l’être-en-soi, ce qui fait qu’il y a quelque chose plutôt que rien, la cause première ; Dieu, c’est alors peut-être l’Absolu, ce qui est durable et non éphémère comme le reste de la Création ; ça peut aussi être un Dieu plus cosmique, créateur de l’univers et celui qui lui donne son ordre.

Enfin, d’autres personnes ont une foi plus mystique. Dieu sera alors une présence réconfortante dans la prière, un souffle de vie dans les moments de désespoir, une force dynamique dans les moments de fatigue. C’est finalement ce que Carolina décrit dans son écrit « La Voie de l’Amour », où elle évoque « une expérience mystique profonde d’unité avec Celui-Celle qu’elle nomme Dieu », lors d’un voyage au Tibet.

Pour beaucoup de personnes croyantes – quelle que soit leur religion – les preuves de l’existence de Dieu ne sont pas nécessaires. La foi est quelque chose qui naît dans le cœur. Même si elle peut être réfléchie et interrogée de manière rationnelle, elle part d’un premier geste qui lui ne l’est pas. La foi, c’est l’amour et la confiance ; c’est se savoir aimé·e par Dieu sans rien faire pour cela. C’est pourquoi ne pas être en mesure de prouver son existence n’est finalement peut-être pas problématique : la preuve scientifique ou purement rationnelle de l’existence de Dieu ne changerait rien – et n’ajouterait rien – à la force de cette conviction qui anime les personnes croyantes

Karine Michel, d’après la vidéo de Carolina Costa

Si l’article t’as plue, tu es libre de le partager 😉

Accessible pour une durée limitée:

Emangile 3.0
Emangile 3.0
Carolina Costa

Carolina Costa

Je suis théologienne, formée à l’Université de Genève, à la faculté autonome de Théologie Protestante (master UNIGE).

J’y ai acquis des compétences historico-critiques et appris le grec et l’hébreu, ce qui me permet de pratiquer mes propres traductions plus contemporaines et accessibles.

J’incarne une théologie réformée progressiste, inclusive, existentielle et joyeuse, en me servant de différents supports comme la vidéo, pour déployer mon énergie et l’Amour contagieux du Christ.

J’écris des livres sur les grandes étapes de la vie et je diffuse chaque semaine des vidéos brèves sur la foi sur les réseaux sociaux.

Carolina Costa

Tu veux découvrir un Christianisme ouvert et progressiste?

Salut, je m’appelle Carolina Costa. Je suis pasteure et théologienne. Je suis décidée à te faire découvrir l’Amour inconditionnel transmis par Jésus-Christ.