Skip to content

L’homosexualité dans la Bible: que dit vraiment la Bible ?

Aujourd’hui, j’aimerai vous parler DE L’HOMOSEXUALITÉ DANS LA BIBLE: QUE DIT VRAIMENT LA BIBLE ?

L’homosexualité dans la Bible : que dit vraiment la Bible ?

Peut-être que, comme moi, tu as entendu plusieurs fois des personnes justifier leur homophobie par des arguments bibliques (ou pseudo-bibliques). Peut-être que des mots comme « abomination », « contre-nature » ou « Sodome et Gomorrhe » résonnent douloureusement à tes oreilles. Alors je voudrais te dire en premier lieu toute ma compassion. Oui, l’homophobie religieuse existe. Oui, Bible et homophobie sont associées. Et non, ce n’est pas acceptable. Pas  seulement parce que dans plusieurs pays d’Europe occidentale c’est un délit, mais surtout l’homophobie « chrétienne » est inacceptable parce qu’elle n’est tout simplement pas biblique.

Free hugs
Tu as même le droit à des câlins.

L’homosexualité est-elle condamnée dans la Bible ?

SPOILER ALERT : Non. (Je sais, c’est cash.) L’homosexualité n’est pas condamnée dans la Bible parce que ni le mot ni le concept n’existent. Il n’y a pas de mot ni en hébreu ni en grec anciens pour désigner des personnes ou des attitudes qu’on qualifierait aujourd’hui d’homosexuelles. Donc associer Bible homosexualité est en vérité quelque chose d’anachronique.

Cependant, plusieurs textes dans la Bible sont utilisés par certaines communautés pour discriminer les personnes LGHBTQIA+. On les appelle parfois les « versets de terreur ». Dans un livre passionnant, L’homosexualité dans le Proche-Orient ancien et la Bible, Thomas Römer et Loyse Bonjour décryptent ces textes. Je t’invite à lire leur analyse leur analyse approfondie et pointue sur cette association homosexualité Bible.

Mais au-delà de ces lectures savantes, j’aimerais te poser une question : crois-tu vraiment que Celui·Celle que nous nommons Dieu·e de la Vie et de l’Amour peut rejeter des gens qui s’aiment ? C’est difficile pour une personne hétérosexuelle de se mettre à la place d’une personne homosexuelle. Mais toi, tu sais. Tu sais au fond de toi que ce n’est pas un péché parce que tu n’y es pour rien et que tu ne fais pas de mal.

Bisous lesbienne
Tu ne fais de mal à personne

La Bible parle-t-elle vraiment d’homosexualité ?

Je te pose une autre question : avec ta culture, tes connaissances, mais aussi tes défauts et tes limites, penses-tu qu’aujourd’hui, tu sois capable de dire sans erreur ce qu’est la volonté de Dieu·e pour toutes et tous ? Moi, je n’en suis pas capable. C’est pourquoi je pense aussi que la Bible a une dimension patriarcale. Ses textes sont les fruits d’une certaine époque, d’une certaine culture, de certains hommes (et probablement pas beaucoup de femmes !). Les scribes qui ont mis par écrit la Parole de Dieu ont donc forcément été influencés par leurs propres schémas de pensée…comme par exemple une vision hyper normée de la façon dont doivent vivre un homme et une femme.

Mais surtout, l’homosexualité telle qu’elle est vécue aujourd’hui, c’est-à-dire la relation affective / amoureuse / romantique / sexuelle / amicale entre deux personnes libres et consentantes de même genre… tout cela n’a rien à voir avec ce dont les textes bibliques invoqués par les homophobes parlent ! Ce que condamnent ces textes, ce sont la pédocriminalité, l’esclavagisme sexuel ou encore le paganisme. Un exemple, selon beaucoup d’exégètes (des spécialistes des langues anciennes et des textes bibliques), l’histoire de Sodome et Gomorrhe dénonce en réalité une faute très grave dans le Proche-Orient ancien : le refus d’hospitalité. Dès lors, il est ridicule d’invoquer ces textes pour interdire, par exemple, le mariage homo !

Plus de love
+ de mariage = + de LOVE

Être une personne homo et chrétienne, c’est possible ?

Oui. C’est aussi simple que cela. Dieu·e t’aime et te veut du bien, c’est tout le message de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. Donc, si tu es une personne homosexuelle, c’est une partie de ton identité, cela fait partie de ce qui te rend belle·beau aux yeux de Dieu·e.

La bénédiction de Dieu·e n’attend pas que tu sois comme tout le monde. Elle n’attend rien. Mais la meilleure façon de la goûter, c’est d’être toi. Ton orientation sexuelle ou identité de genre n’est pas un obstacle à l’amour de Dieu·e, qui ne t’aime pas malgré ton homosexualité, mais avec ton homosexualité.

Temple LAB LGBT
Temple de Plainpalais – Le LAB à Genève

Est-ce que je peux aller à l’Église si je suis homo ?

Jamais personne n’aura le droit de te dire que tu n’appartiens pas à l’Église de Jésus au motif que tu es homo. Faire cela, c’est prendre la place de Dieu·e (et ça, pour le coup, c’est un péché !).

Tu peux te rapprocher d’une paroisse inclusive comme Le LAB à Genève, mais il y a aussi des Églises LGBTQIA+ friendly à Bruxelles, à Paris, à Strasbourg, à Hagondange, à Montpellier, à Neuchâtel, à Lausanne… Dans plein d’endroits, l’Évangile de l’Amour sans-frontière fait fleurir des initiatives inclusives. Et puis, rien ne t’empêche d’envoyer un petit mail pour savoir si la paroisse qui t’intéresse est inclusive.

Mais surtout, j’aimerais te dire quelque chose : tu n’as pas à mendier la bienveillance de la part des Églises. Tu n’es pas obligé·e de patienter en serrant les dents. La grâce de Dieu coule à flots. Et ce n’est pas parce que certaines Églises sont bouchées que tu dois attendre. Le Royaume de Dieu se vit dans plein d’endroits. Rappelle-toi ce qu’a dit Jésus : quand deux ou trois personnes sont rassemblées en mon nom, je suis au milieu d’elles. Alors n’attends pas pour vivre pleinement ta vie chrétienne en priant, en chantant et en lisant la Bible… et en aimant !

Qui. Tu. Veux.

DIEU·E DIT DU BIEN DE TOI !

Pride Strasbourg
Dieu·e est fière de toi !

François Thollon-Choquet, d’après la vidéo de Carolina Costa.

Homosexualité définition

Homo signifie « même » ; hétéro signifie « autre ». La plupart des humains sont hétérosexuels, c’est-à-dire qu’ils vivent leur sexualité avec des personnes de l’autre (hétéro) sexe. Pourtant, une minorité de personnes sont homosexuelles, c’est-à-dire qu’elles vivent leur sexualité avec des personnes du même (homo) sexe.

Il est réducteur de ramener tout cela à la sexualité ! Le choix d’un-e partenaire repose peut-être avant tout sur l’affection, le respect, la complicité, l’amour, une vision partagée de l’avenir, des passions communes, etc. La sexualité n’est qu’une dimension – belle et importante – des relations qui nous lient. C’est vrai aussi bien pour les personnes hétérosexuelles que les personnes homosexuelles, et c’est pourquoi on parle aussi d’hétérosensibilité et d’homosensibilité.

Homophobie définition

L’homophobie est littéralement « la peur (phobie) du même (homo) », la peur des personnes qui aiment des personnes du même sexe. C’est paradoxal, car cette peur s’ancre précisément dans le fait que ces personnes sont différentes.

La peur est fondée sur la perception d’un danger ; c’est une émotion saine qui vise à nous protéger. J’ai peur des serpents venimeux, c’est normal. Pourtant deux femmes ou deux hommes qui s’aiment ne sont pas une menace. C’est comme si j’avais peur des gaucher-ère-s alors que je suis droitier-ère !

L’homophobie est donc une peur mal placée… Et derrière cette peur de la différence se greffe toute une série d’idées fausses, comme le fait que l’homosexualité serait une maladie contagieuse, ou serait due à une mauvaise éducation ou le résultat d’une société décadente.

Lorsqu’on se persuade que l’hétérosexualité est la règle, on oublie la différence entre normal (ce qui existe dans la nature) et normativité (ce qui est posé arbitrairement comme règle) et, au nom de cette règle, on peut commettre des actes de violence, de rejet, de discrimination. Est-il si difficile d’accepter que la différence est belle et naturelle ?

Définition LGBT

L : lesbienne (femme attirée par les femmes)

G : gay (homme attiré par les hommes)

B : bisexuel-le (personne attirée par les hommes et les femmes)

T : transgenre (personne qui ne se reconnaît pas dans le sexe qu’on lui a assigné à la naissance)

L’acronyme est parfois complété avec d’autres initiales, par exemple :

I : intersexe (personne dont les caractéristiques biologiques ne correspondent pas ou pas totalement aux catégories « mâle » et « femelle »)

Q : queer (de l’anglais, insulte qui peut se traduire par « sale PD » ou « sale gouine » et que les personnes se sont réappropriées positivement)

+ : plus… car il existe d’autres catégories pour se comprendre et se décrire…

Bible et homophobie

L’attitude de condamnation, de rejet voire de violence envers les personnes homosexuelles est parfois justifiée au motif que la Bible condamnerait l’homosexualité.

Cependant, même si « c’est écrit dans la Bible », il convient de rappeler :

  • Que le terme homosexualité n’existe pas à l’époque où les textes de la Bible ont été écrits et qu’elle n’évoque jamais des situations où deux personnes de même sexe s’aiment, se respectent, etc. Ce terme est apparu au 19ème siècle.

  • La Bible condamne seulement des pratiques de domination, de comportements malsains violents (le viol), d’inversion des rôles sociaux traditionnels ce qui, à l’époque antique, faisait craindre la perturbation de l’ordre social.

  • L’idée que l’homosexualité serait « contre-nature » va à l’encontre des études scientifiques comme du sentiment profond des personnes concernées. L’homosexualité n’est pas un choix, elle fait donc partie de la diversité de la création. L’Église évangélique réformée de Suisse a même dit que l’homosexualité est un don de Dieu (cf. article : https://www.reformes.ch/religions/2019/06/lorientation-sexuelle-nest-pas-un-choix-mais-un-don-de-dieu-feps-assemblee). Car Dieu a créé l’humain, mâle et femelle. Il les a béni ainsi que leur progéniture, mais rien ne dit que d’autres manières de vivre devant Dieu sont également porteuses de vie.

  • Le Christ ne parle jamais d’homosexualité; de plus, il manifeste l’amour de Dieu et du prochain en accueillant les personnes marginalisées de la société de son temps.

  • L’Esprit est un don permettant de grandir dans la foi, l’espérance et l’amour et rien ne dit que l’homosexualité est un obstacle au projet d’une humanité réconciliée.

Homosexualité bible verset

Lorsqu’on utilise la Bible pour condamner l’homosexualité, on se base sur quelques rares chapitres et versets en comparaison aux milliers autres versets qui constituent le corpus des Écritures, qui témoignent d’un Dieu Vivant de miséricorde, de compassion et de liberté. 

Il s’agit principalement de :

  • Livre de la Genèse aux chapitres 2 (récit de la création pour justifier qu’un couple c’est un Homme et une Femme) ; aux chapitres 18, 16 à 19,29 (Récit de Sodome et Gomorrhe)

  • Livre du Lévitiqueau chapitre 18 le verset 22 « Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme. C’est une abomination. » et au chapitre 20 le verset 13 « Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils se rendent tous les deux coupables d’une abomination. Ils sont mis à mort. Ils seront seuls responsables de leur mort. »

  • Lettre/Epître de Paul aux Romains chapitre 1 les versets 26-28
    « C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions avilissantes : leurs femmes ont échangé les rapports naturels pour des rapports contre nature ; les hommes de même, abandonnant les rapports naturels avec la femme, se sont enflammés de désir les uns pour les autres, commettant l’infamie d’homme à homme et recevant en leur personne le juste salaire de leur égarement. »

  • Première lettre de Paul aux Corinthiens au chapitre 6 le verset 9-10
    « Ne savez-vous donc pas que les injustes n’hériteront pas du Royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas ! Ni les débauchés, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les pédérastes, ni les voleurs, ni les accapareurs, ni les ivrognes, ni les calomniateurs, ni les filous n’hériteront du Royaume de Dieu. »

Certaines personnes font une lecture littérale ou littéraliste de ces passages, c’est-à-dire qu’ils les prennent « tels quels » sans les remettre dans leur contexte qui n’a plus rien à voir avec notre 21ème siècle. Ils se basent sur eux pour affirmer que l’homosexualité ou les « pratiques homosexuelles » sont un péché d’abomination.

Tout dépend donc de notre manière de lire et d’interpréter la Bible dans un monde contemporain à la lumière des avancées scientifiques, théologiques et exégétiques de notre temps. Pour les libéraux ou les progressistes, il faut prendre conscience que les textes bibliques ont été écrits dans un contexte très différent du nôtre. Même inspirées, les personnes qui les ont écrites l’ont fait pour leur temps.

Voici par exemple l’explication du
Professeur d’Éthique à la Faculté de théologie de Strasbourg, Karsten Lehmkühler sur Campus Protestant.

Aujourd’hui, si on lisait vraiment toute la Bible littéralement, on pourrait alors justifier les guerres, l’esclavage, la lapidation de membres de sa propre famille, la domination des femmes et… la condamnation de l’homosexualité. Il n’y a pas si longtemps, c’est aussi Bible à la main qu’on a défendu la ségrégation, l’apartheid ou encore le non-accès aux femmes à des postes d’autorité spirituelle dans les Églises et qu’on continue de le faire. Il apparaît donc que nous faisons le choix de lire certains versets littéralement, et d’autres non, comme le rappelle une célèbre animatrice radio dans une lettre devenue célèbre et que Carolina Costa a mise en vidéo :

La question que nous pourrions également poser à la Bible, c’est quid de la relation intime et personnelle manifeste entre le roi David et Jonathan ? Ou entre Ruth et Naomi ? Et tant d’autres personnages queer qui, dès que nous portons notre attention sur eux, semblent dévoiler un monde bien plus complexe et subtil qu’il n’y paraisse au premier abord. La Bible est bien plus paradoxale et mérite qu’on s’y attarde vraiment car on pourrait être surpris de découvrir à quel point l’alliance entre Dieu et les humains dépasse depuis toujours les cadres sociaux, culturels et politiques. Le Christ n’en est-il pas justement le révélateur ?

Finalement, peut-être ne faut-il pas trop vite séparer la position « libérale » de la perspective « évangélique charismatique ». Dans les deux courants, la Bible est d’abord porteuse de la bonne nouvelle de Dieu qui, en Jésus-Christ, aime chacun-e d’un Amour inconditionnel qui libère et qui mène vers la Vie. L’Amour et la grâce de Dieu sont premiers, son Esprit saint souffle là où il veut. Nul être humain ne peut prétendre connaître les voies que Dieu adopte et, quelles que soient nos opinions, une certaine humilité est requise : qui sommes-nous pour juger ? comme le disait le Pape François lui-même.

Pour aller plus loin sur ce sujet, voici deux recommandations :
Le vidéo-livre de Carolina Costa : « LGBTIQA+ Un don de Dieu ! Vivre l’inclusivité en Eglise.
https://www.editions-atalahalta.video/vivez-l-experiencegp-lgbtiqa/

 Homosensibilité et foi chrétienne, Broché – Livre grand format, 1 avril 2021

Textes de Cécile Guinand d’après la vidéo de Carolina Costa

Si l’article t’as plu, tu es libre de le partager 😉

Accessible pour une durée limitée:

Emangile 3.0
Emangile 3.0
Carolina Costa

Carolina Costa

Je suis théologienne, formée à l’Université de Genève, à la faculté autonome de Théologie Protestante (master UNIGE).

J’y ai acquis des compétences historico-critiques et appris le grec et l’hébreu, ce qui me permet de pratiquer mes propres traductions plus contemporaines et accessibles.

J’incarne une théologie réformée progressiste, inclusive, existentielle et joyeuse, en me servant de différents supports comme la vidéo, pour déployer mon énergie et l’Amour contagieux du Christ.

J’écris des livres sur les grandes étapes de la vie et je diffuse chaque semaine des vidéos brèves sur la foi sur les réseaux sociaux.

Carolina Costa

Tu veux découvrir un Christianisme ouvert et progressiste ?

Carolina Costa

Tu veux découvrir un Christianisme ouvert et progressiste?

Salut, je m’appelle Carolina Costa. Je suis pasteure et théologienne. Je suis décidée à te faire découvrir l’Amour inconditionnel transmis par Jésus-Christ.