Skip to content

QUE SIGNIFIE être chrétienne ou chrétien ?

Aujourd’hui, j’aimerai vous parler d’ ÊTRE CHRETIEN.NE. Que signifie être chrétien.e? Comment devient-on chrétien.ne? Le baptême une condition? Quels liens avec les Églises?

Jésus au centre

Jésus au centre

Pour commencer, on pourrait dire que les chrétiens et chrétiennes sont ceux qui s’intéressent à Jésus-Christ. C’est le point central et c’est le point qui les unit. Ces personnes ont fait l’expérience d’une rencontre avec le Christ qui les a touchées, bouleversées. Cette rencontre peut prendre plusieurs formes. Elle a pu avoir lieu à travers des textes comme les Évangiles, les enseignements de Jésus et ses paraboles ou parce que d’autres avant leur en avaient parlé, avaient témoigné de cette expérience.

En général, le cheminement ne fait alors que commencer et les voilà devenues exploratrices du Christ avec les Evangiles et la Bible comme guide de voyage.

Un arbre avec pour tronc le Christ

Oui mais voilà, toutes ces personnes en exploration n’ont pas les mêmes sensibilités, langues, cultures, références, contextes sociaux et besoins. On voit apparaître alors une diversité de groupes, d’Églises, de communautés, de pratiques et de théologies, comme cela apparaît clairement dans cet arbre ci-dessous.

L'arbre généalogique du christe

En réalité, tout ça n’est pas vraiment nouveau!  On peut penser qu’à l’époque où Jésus était avec ses apprentis disciples, tout était plus simple et plus clair.

Pourtant, à travers une lecture attentive des évangiles, on peut déjà percevoir le fait qu’ils ne comprennent pas toujours tout et qu’ils ne sont pas non plus systématiquement d’accord les un.e.s avec les autres.  

Par exemple, on le lit dans l’Évangile de Marc au chapitre 9 versets 31 à 32:

«Voici, en effet, ce qu’il enseignait à ses disciples: «Le Fils de l’homme est livré au pouvoir des humains: ils le mettront à mort; et trois jours après, il ressuscitera.» Mais les apprentis disciples ne comprenaient pas ces paroles et ils avaient peur de lui poser des questions.»

L’interprétation face aux interrogations

Alors, quand Jésus a quitté physiquement la Terre, toutes ces personnes qui avaient commencé à le suivre sont restées avec leurs doutes et leurs interrogations. Elles ont commencé à interpréter les textes. Ça signifie qu’elles non plus n’avaient pas la vérité absolue et la connaissance parfaite. C’est suffisamment important de rappeler que cela fait donc intrinsèquement partie du cheminement des chrétiens et chrétiennes que d’être des chercheur.euse.s  perpétuel.le.s et que la nuance et le doute sont utiles dans cette démarche. Les questions nous rendent humbles et nous permettent d’avancer, de chercher.

Plus qu’une démarche – En marche !

Plus qu’une démarche – En marche

Au fondement du christianisme, il y a d’ailleurs le texte des «Béatitudes» (qui se trouve dans l’Évangile de Matthieu au chapitre 5). Il peut résumer le déroulement de la vie chrétienne.

«Heureux.euse ceux.celles qui se savent pauvres, car le Royaume des cieux est à eux et elles!

Heureux.euse ceux.celles qui pleurent, car Dieu les consolera!

Heureux.euse ceux.celles qui sont doux.ce, car ils.elles recevront la terre que Dieu a promise!»

Comme on l’entend, cela concerne le bonheur. Il semble suggérer que le Christ nous espère et nous envoie dans une voie de bonheur. Malgré les difficultés, les turbulences et les épreuves, il y a l’idée que ce cheminement peut nous rendre profondément heureux.euse.

Le concept de «chemin des béatitudes» est issu d’une traduction de l’auteur et grand intellectuel André Chouraqui. Le Nouveau Testament a été écrit en grec mais comme vous le savez peut-être ce n’était pas la langue parlée par tout le monde dans l’entourage de Jésus. André Chouraqui a donc travaillé ses traductions à partir de leur aspect hébraïque ou juif qui permettent de trouver parfois des alternatives. Dans ce cas par exemple, il traduit le mot «Bienheureux» par «en marche». Cela renforce l’idée qu’être chrétien ou chrétienne c’est avancer, se mettre en route, chercher la paix, l’amour, la justice.

Si ça vous intéresse, vous pouvez approfondir dans cet article du pasteur et théologien Armin Kressman:
http://www.ethikos.ch/10154/matthieu-53-12-mt-53-12-marche-beatitudes

Dans la justice et l’amour agapè

Dans la justice et l’amour agapè

Quand les chrétiennes et chrétiens se mettent en chemin, c’est une manière d’œuvrer pour une société plus équilibrée, plus juste, moins discriminante, moins violente. Et par la vie de Jésus, on comprend bien vite que des difficultés et des injustices il y en aura tout au long de la route. Alors ce qui reste c’est ce projet de Dieu enseigné par Jésus: un projet de paix.

L’engagement chrétien, c’est donc cette confiance et cet engagement vers la douceur et la paix quoi qu’il se passe.

Pas besoin d’être parfaite/parfait

En fait, c’est comme pour tout, l’important c’est de faire de son mieux et d’admettre quand on a pu parfois se tromper. Être chrétien.ne, c’est pareil avec en horizon le pardon, le courage et l’espérance de Dieu. Nul besoin d’être parfait.e, quand on a compris qu’on avait le droit de se tromper et de s’améliorer.

Il n’existe pas non plus d’étiquette qui permette de dire qui est chrétien.ne ou pas, qui est dedans ou pas. C’est un choix que l’on fait dans son intimité. On dépose sa confiance dans les mains du Dieu Père et Mère de tout Amour, on suit la voix de Jésus et chaque jour on essaie à son échelle d’œuvre pour une société plus aimante, plus ajustée et plus juste.

Et toi, quel est ton cheminement face à cette question? N’hésite pas à laisser ton commentaire en dessous.

Eloïse Miceli d’après la vidéo de Carolina Costa

Si l’article t’as plue, tu es libre de le partager 😉

Accessible pour une durée limitée:

Emangile 3.0
Emangile 3.0
Carolina Costa

Carolina Costa

Je suis théologienne, formée à l’Université de Genève, à la faculté autonome de Théologie Protestante (master UNIGE).

J’y ai acquis des compétences historico-critiques et appris le grec et l’hébreu, ce qui me permet de pratiquer mes propres traductions plus contemporaines et accessibles.

J’incarne une théologie réformée progressiste, inclusive, existentielle et joyeuse, en me servant de différents supports comme la vidéo, pour déployer mon énergie et l’Amour contagieux du Christ.

J’écris des livres sur les grandes étapes de la vie et je diffuse chaque semaine des vidéos brèves sur la foi sur les réseaux sociaux.

Carolina Costa

Tu veux découvrir un Christianisme ouvert et progressiste?

Salut, je m’appelle Carolina Costa. Je suis pasteure et théologienne. Je suis décidée à te faire découvrir l’Amour inconditionnel transmis par Jésus-Christ.