Skip to content

C’EST QUOI les origines de Noël ?

Aujourd’hui, j’aimerai vous parler DE LES RECIT DE NOEL – VRAI OU FAUX ?

Noël, en fait c’est quoi ?

Noël, en fait c’est quoi ?

Les lumières et les décorations dans les rues, les cadeaux, les pères noël des centres commerciaux, les chocolats chauds au marshmallow ou les tisanes à l’orange et aux épices : voilà quelques souvenirs qu’on peut avoir souvent quand on pense à Noël.

Cette atmosphère du mois de décembre a pris une couleur particulière dans les sociétés occidentales, celle de la fête de famille et des cadeaux. Certain·e·s qualifieraient même cette période de « commerciale », soulignant ainsi l’oubli du sens premier de cette fête de Noël.

Eh oui, au départ Noël, ce n’est pas le sapin, les cadeaux et les décorations, c’est la fête de la naissance de Jésus.

Origine du mot Noël

Le mot « noël » n’existe pas dans les Evangiles de la Bible. Il s’agit d’une formulation tardive attestée au 12ème siècle en français. Ce mot trouve son étymologie en latin natalis qui signifie littéralement « naissance » comme dans les autres langues romanes (espagnol, italien…). Il désigne la grande fête chrétienne de la naissance de Jésus de Nazareth dit le Christ.

Un autre mot en usage pour parler de cette même fête du calendrier liturgique chrétien est le mot « nativité » qui désigne également la naissance du Christ. Lorsque le même mot prend une majuscule « Nativité » il désigne généralement dans l’art religieux une peinture, une sculpture, une œuvre musicale ou autre, qui raconte ou représente différents aspects des récits de Noël dans les évangiles de Matthieu et de Luc.

Origine de noël

Il semblerait que ce soit un mélange entre une fête païenne et l’envie des chrétiens de fêter la naissance de Jésus qui est à l’origine de Noël. La fête que nous connaissons aujourd’hui dans notre société occidentale a pris des visages différents selon les époques et les lieux.

Avant la naissance du christianisme, il existait une fête païenne pour célébrer le solstice d’hiver, c’est-à-dire le jour le plus court de l’année dans l’hémisphère nord.

C’est au 2ème siècle seulement que Noël devient la fête de la naissance de Jésus. Rome, le lieu des autorités de l’Église catholique, voulait décider une date pour fêter la naissance du Messie et la date de la fête du solstice d’hiver a été choisie. Cela permettait de christianiser les fêtes païennes et de diffuser le christianisme au sein des différentes cultures existantes en Europe.

Au fur et à mesure de l’expansion du christianisme, la fête de Noël s’est elle aussi répandue dans toute l’Europe, ainsi que sur le continent américain et dans le reste du monde.

Les cadeaux sont apparus au 18ème siècle, pour symboliser les présents que les mages ont apporté à Jésus après sa naissance, comme le raconte l’Évangile selon Matthieu, au chapitre 2.

Et le père Noël dans tout ça ?

Père noël et Jesus

Le père Noël est inspiré du personnage de saint Nicolas. Ce personnage est lui-même inspiré de deux évêques, Nicolas de Myre et Nicolas de Sion. Ces deux hommes ont été évêques en Lycie (actuelle Turquie), le premier au 3ème siècle et le second au 6ème siècle.

Le personnage de saint Nicolas est vite devenu celui qui offre des cadeaux aux enfants pour les récompenser d’avoir été sages. Il est souvent accompagné d’un personnage qui punit les enfants désobéissants.

Ce personnage fictif de saint Nicolas, importé aux États-Unis par des émigrés européens, est devenu là-bas le personnage que nous connaissons aujourd’hui : un vieux bonhomme barbu tout habillé de rouge qui distribue des cadeaux et les dépose au pied du sapin le soir de Noël. Et ce fameux sapin, lui, d’où vient-il?

Origine sapin de noël

Franchement, qui aujourd’hui connait vraiment l’origine du sapin de noël? Qui peut expliquer pourquoi du 1er décembre jusqu’à Noël, on installe dans nos maisons cet arbre, qu’on décore de boules, de guirlandes et autres bonhommes de neige? Quel est le rapport entre ce sapin décoré et la naissance de Jésus?

L’origine de cette tradition de l’arbre de Noël remonte au Moyen-Âge. A cette époque, on représentait les «mystères» de la Bible, c’est-à-dire les grands épisodes de l’Ancien Testament et du Nouveau Testament, sous forme de scénettes de théâtre sur les parvis des églises.

Il fallait un arbre pour représenter l’arbre de la connaissance dont Adam et Ève mangent le fruit dans le livre de la Genèse (2, 15-17 et 3,1-24). Or, en hiver dans nos pays européens le seul arbre encore vert est le sapin. Voilà pourquoi on a choisi cet arbre à Noël.

Dans ce récit, on parle d’un fruit que Dieu interdit à Adam et Ève de manger. Même si le type de fruit n’est pas mentionné dans la Bible, la tradition a vite assimilé ce fruit à une pomme. C’est pourquoi on ajoutait des boules rouges comme décoration dans le sapin, pour faire penser aux pommes!

Pour l’étoile que l’on accroche tout en haut de l’arbre, c’est au Nouveau Testament qu’il faut se reporter. C’est plus précisément dans le récit de la naissance de Jésus dans l’Évangile selon Matthieu que l’on trouve une étoile, au chapitre 2: c’est elle qui apparait aux mages pour les guider vers l’enfant qui vient de naître et qu’ils cherchent pour se prosterner devant lui. C’est donc pour rappeler la volonté des mages, des étrangers venus d’un autre peuple, de venir adorer Jésus qui vient de naître que l’on accroche une étoile en haut du sapin.

Histoire de noël

Noël, c’est la fête d’une naissance survenue il y a plus de 2000 ans et racontée dans la Bible, dans l’Évangile selon Luc, au chapitre 2.

C’est l’histoire d’un couple de parents juifs qui doivent voyager de Jérusalem à Bethléem parce que les autorités gouvernementales romaines ordonnent un recensement. La femme est enceinte de neuf mois et accouche quand ils arrivent à Bethléem après le voyage. L’histoire de cette naissance est finalement assez ordinaire, l’enfant vient au monde comme n’importe quel enfant... Mais le texte biblique rapporte aussi comment cette naissance a été vue. On trouve cela toujours dans l’Évangile selon Luc (chapitre 2) mais aussi dans l’Évangile selon Matthieu (chapitre 2). En effet, cette naissance a été vue comme extraordinaire, par des bergers proches du lieu de la naissance (dans le récit de Luc) et par des mages étrangers venus de bien plus loin (dans le récit de Matthieu).

L’intérêt de ces différents personnages, c’est que les récits bibliques s’en servent pour faire passer un message : cette naissance concerne tout le monde. Elle concerne les bergers de Bethléem, donc les gens du même peuple que Jésus, mais aussi des mages venus de très loin, des étrangers au peuple de Jésus. De cette manière, la Bible souligne que la naissance de Jésus concerne toutes et tous, quelles que soient leurs cultures, leurs ethnies, leurs origines.

Finalement Noël, ça raconte une naissance ordinaire qui marque le monde de manière extraordinaire, parce que Noël porte un message pour le moins original.

Message de noël original 

Le message original de Noël, pour beaucoup de chrétiens, c’est que Dieu s’est fait humain. Ça veut dire que Dieu s’est incarné, qu’il a pris une forme humaine pour se mêler à l’humanité. Cette incarnation, c’est Jésus. A Noël, on fête donc la naissance de Jésus, Dieu fait humain.

Mais au sein du christianisme, tout le monde n’est pas vraiment à l’aise avec cette idée. Certain·e·s chrétien·ne·s ne croient pas que Jésus soit Dieu, mais pensent qu’il est seulement un homme, porteur d’un message de Dieu pour l’humanité. Au fond, cela ne change pas le sens de Noël. L’idée fondamentale de cette fête de Noël, c’est l’espérance. L’espérance en l’amour de Dieu pour l’humanité. Cet amour, nous pouvons le lire tout au long des textes bibliques, dès le récit de la création dans le livre de la Genèse. Dans la Bible, on voit comment Dieu libère son peuple de l’esclavage en Égypte (livre de l’Exode), comment Il fait plusieurs fois alliance avec l’humanité (comme par exemple dans le livre de Jérémie). Bref, on voit beaucoup de récits qui montrent tous, de différentes manières, comment Dieu aime les humains. Le récit de la naissance de Jésus est peut-être le point culminant de cet amour.

Le 2ème aspect original de Noël c’est que c’est le message d’un Dieu qui prouve son amour de manière étonnante. Il ne le fait pas par des gestes grandioses de puissance, mais par la naissance d’un enfant. C’est par un enfant, dans toute sa fragilité et sa dépendance, que Dieu a choisi de montrer aux humains son puissant amour. Et ça, c’est un message vraiment original, non ?

Noel chrétien

Si on parle de Noël chrétien, c’est peut-être pour au moins deux raisons.
D’abord parce que d’autres religions fêtent aussi la naissance de Jésus. Par exemple, en Islam, Jésus est un grand prophète très important et très respecté. Il est aussi né de Marie et le Coran raconte cette naissance, dans la sourate 19 (versets 22-26). Les musulmans ont eux aussi une «fête de la naissance» de Jésus.

Isa aka Jesus

Et puis aussi parce que beaucoup de personnes fêtent Noël sans être chrétien parce que c’est devenu une fête culturelle et sociétale. On fait la fête en famille, on mange et on offre des cadeaux. C’est une belle période, une atmosphère chaleureuse, des bons moments avec celles et ceux qu’on aime.

Mais qu’en est-il du Noël chrétien ?

La spécificité chrétienne de Noël réside peut-être dans un point : le cadeau c’est Jésus!

Ça ne veut pas dire que les cadeaux et les fêtes en famille disparaissent. Ça veut simplement dire que pour certain·e·s chrétien·ne·s, Jésus est l’essentiel, le centre au milieu de l’effervescence des fêtes de fin d’année.

La famille, les cadeaux, les bons moments partagés n’en deviennent pas moins importants. Au contraire, tout ça prend une saveur particulière parce que c’est vécu dans l’amour de Dieu, manifesté par la naissance de ce petit enfant.

Rappeler le message chrétien de Noël, ça n’est pas dire qu’il faut mettre de côté le monde. Ça ne veut pas dire que c’est mal de vivre les joies modernes de Noël. Peut-être que ça veut juste dire que c’est porteur d’espérance de (se) rappeler qu’à Noël, on fête aussi la naissance de Jésus, Bonne Nouvelle, message d’amour de Dieu pour le monde

Les rois mages ont-ils vraiment existé ?

La grande majorité des historiens contemporains s’accordent aujourd’hui pour dire que les récits de naissance dans les évangiles ne sont pas historiques, dans le sens biographique du terme. Il s’agit de récits composés par des auteurs, appelés Matthieu et Luc par la tradition, qui ont écrit des évangiles. Ces derniers ne sont pas des biographies mais s’apparentent plutôt à ce que dans la tradition juive on appelle les Midrash. Ce sont des interprétations de foi, des évangiles qui témoignent de la foi en Christ des premiers adeptes.

Par ailleurs, ce qu’on peut observer c’est que seuls deux évangiles sur quatre racontent la naissance de Jésus. Qui plus est, de notables différences existent entre les récits et seul celui de Matthieu mentionne les mages par exemple. Pourquoi ? L’auteur de Matthieu s’adressait à une communauté particulière et dans un contexte particulier. Son intention en racontant la naissance de Jésus était de pouvoir « dire » pour eux qui était Jésus pour le monde entier.

Un être humain venu sur terre comme tout un chacun, avec une Maman et un père un peu mystérieux. Une vie humaine sur 30 ans, mais profondément divine également. Les récits de naissance sont une invitation à entrer dans une sorte de parabole ou un mythe qui puisse dire symboliquement que cet être, Jésus de Nazareth, fut unique et le révélateur de Dieu et de son Amour pour tous les êtres humains quelle que soit leur culture, leur appartenance, leur religion.

Pour approfondir découvre la vidéo Youtube de Carolina Costa

Epiphanie signification ?

Epiphanie vient du grec ancien Ἐπιφάνεια / Epipháneia qui signifie littéralement « apparition » qui lui-même vient du verbe φαίνω / phaínō, qui signifie « montrer, faire apparaître au-devant ». On peut également segmenter le mot grec en deux parties, premièrement : épi- qui se traduit par « sur » dans le sens « au-dessus », deuxièmement : epiphanês- qui se traduit par « illustre, éclatant ». Un vocabulaire qui tourne autour de la lumière.

Ce mot tire son origine dans l’antiquité avant même la naissance du Christianisme, dans des fêtes païennes qui célébraient le retour de la lumière après les longues nuits d’hiver. Dans les premières communautés chrétiennes, peu à peu au fil des générations, la question de la naissance de Jésus-Christ s’est imposée dans la narration, s’incarnant dans divers récits présentés dans les évangiles canoniques (Matthieu et Luc), ainsi que dans des évangiles apocryphes.

L’Épiphanie s’est imposée dès les premiers siècles de l’ère chrétienne comme une fête très importante du calendrier liturgique, célébrant la manifestation ou l’apparition du Christ dans le monde, révélant le Dieu vivant de tout Amour et Sa Présence. Elle est associée avec l’arrivée des mages dans le récit de l’évangile de Matthieu. Ils suivent en effet une lumière dans le ciel « l’étoile du Berger » qui les conduit jusqu’à l’enfant Jésus « Lumière du monde » comme l’écrit Jean dans son propre évangile (chapitre 1).

Le récit des Rois mages peut résonner aujourd’hui pour nous comme l’écho de cette expérience universelle spirituelle que tout être humain peut vivre. A savoir découvrir la manifestation lumineuse de Dieu dans sa vie, à travers la nature (ciel, astres, contemplation…), à travers le récit et l’enseignement de Jésus, à travers toutes les manifestations de l’Amour qui éclairent le monde.

Date de épiphanie ?

La date de l’Epiphanie, la fête chrétienne occidentale, a lieu chaque année le 6 janvier. Dans certains pays comme l’Espagne, une grande fête nationale est organisée où des rois mages distribuent des bonbons à tous les enfants dans les rues qui a lieu le 5 janvier au soir. Dans de nombreux pays européens, la tradition veut qu’on partage la fameuse pâtisserie la « galette des rois » où une figurine de roi et reine sont cachées pour être tirées au sort durant la dégustation. La gagnante et le gagnants se transforment symboliquement en roi et reine d’un jour.

C’est un Père de l’Eglise appelé lui-même Épiphane de Salamine, qui finalise le choix de la date pour la naissance de Jésus. Mais la réalité c’est qu’on ne saura probablement jamais la date exacte de naissance. (Quelle est la date de naissance de Jésus ?) Aujourd’hui, cette fête chrétienne connaît une diversité de célébrations selon qu’on appartient à une église protestante, catholique ou orthodoxe.

Epiphanie 2022

Chaque année la fête chrétienne de l’Epiphanie a lieu le 6 janvier quelle que soit l’année. En 2002, ce sera donc aussi le 6 janvier.

Les rois mage

Le nom des rois mages ?

La tradition a transmis les noms de Gaspard, Melchior et Balthazar. Ces prénoms proviennent de L’évangile Arménien de l’enfance, datant du 6ème siècle, un évangile apocryphe. Il est intéressant d’observer ainsi comment la tradition de l’Eglise mélange finalement dans l’histoire des récits à la fois des évangiles canoniques mais aussi des écrits apocryphes.

Ce sont des mages, des magiciens, mais on peut aussi traduire le mot en grec ancien par des prêtres, des astrologues, à cause de la référence aux étoiles ou des sages, tout simplement. La tradition a voulu qu’on dise que ce sont finalement des rois mais l’interprétation reste ouverte.

Est-ce qu’ils sont trois ? Rien de précis à ce sujet n’est mentionné dans le texte de l’évangile de Matthieu, mais ils sont plusieurs, parce que le mot qui est utilisé est un pluriel. En tout cas, ils sont plus que deux, puisqu’évidemment il faut un pluriel pour être deux. Peut-être qu’ils sont trois dans l’imaginaire, parce que cela évoque également la trinité : le Père, le Fils, le Saint-Esprit ? En tous les cas, dès le 3ème siècle, ils étaient trois, parce qu’il y avait trois cadeaux.

Karine Michel, d’après la vidéo de Carolina Costa

Si l’article t’as plue, tu es libre de le partager 😉

Accessible pour une durée limitée:

Emangile 3.0
Emangile 3.0
Carolina Costa

Carolina Costa

Je suis théologienne, formée à l’Université de Genève, à la faculté autonome de Théologie Protestante (master UNIGE).

J’y ai acquis des compétences historico-critiques et appris le grec et l’hébreu, ce qui me permet de pratiquer mes propres traductions plus contemporaines et accessibles.

J’incarne une théologie réformée progressiste, inclusive, existentielle et joyeuse, en me servant de différents supports comme la vidéo, pour déployer mon énergie et l’Amour contagieux du Christ.

J’écris des livres sur les grandes étapes de la vie et je diffuse chaque semaine des vidéos brèves sur la foi sur les réseaux sociaux.

Carolina Costa

Tu veux découvrir un Christianisme ouvert et progressiste ?

Carolina Costa

Tu veux découvrir un Christianisme ouvert et progressiste?

Salut, je m’appelle Carolina Costa. Je suis pasteure et théologienne. Je suis décidée à te faire découvrir l’Amour inconditionnel transmis par Jésus-Christ.