Carolina Costa

La résurrection, une vie après la mort?

Aujourd’hui, j’aimerai vous parler de LA PRIERE. Qu’est-ce que la prière? A quoi ça sert de prier? Pratiques religieuses? Différentes prières? Pouvoir de guérison? Louange? Liens avec la méditation ou la musique? La prière du Notre Père?

Approfondis et développe ta spiritualité, en découvrant le parcours du vidéo-livre

L’un des fondements de la religion chrétienne, c’est la résurrection.

La Bible nous donne à lire le récit de la résurrection de Jésus dans les quatre évangiles, et de nombreuses références y sont faites dans les écrits de l’apôtre Paul.

Les différentes confessions de foi que les Églises ont proclamées tout au long de l’histoire le mentionnent aussi :  Jésus est ressuscité des morts, et nous ressusciterons nous aussi après notre mort.

 

Mais alors, croire à la résurrection du Christ, est-ce obligatoire ?

Question un peu provocatrice, non ?

Et pourtant, ne pourrions-nous pas penser que non, croire en la résurrection du Christ n’est pas obligatoire ? En tous cas, pas à la résurrection au sens où on l’entend habituellement.

Quand on entend résurrection du Christ, on pense à Jésus qui se relève d’entre les morts et qui sort de son tombeau.

On pense au Christ qui apparait à ses disciples, et qui propose à Thomas de mettre ses doigts dans les trous laissés par les clous de la crucifixion. On pense résurrection de la chair, relèvement du corps d’entre les morts. Bref, on se focalise peut-être un peu sur la résurrection physique…mais Dieu merci pas comme des zombies !

Et si on relisait tout ça autrement?

Prenons le récit de l’apparition de Jésus ressuscité à ses disciples. Dans l’Évangile selon Jean, le texte raconte que cette apparition se passe à l’intérieur de la maison où les disciples sont réunis. De son vivant, le ministère de Jésus était un ministère public, devant la foule, sur les places.  Ici, cela se passe derrière des portes closes.

C’est donc dans l’intimité et la sécurité d’une maison que Jésus apparait à son groupe d’ami.e.s.

Et toi, dans quelle intimité peut-il t’apparaître? Est-ce devant tes yeux, en public? Ou bien dans ce qu’il y a de plus intime en toi, ton cœur?

Oui, il est possible de penser que Jésus est ressuscité, parce que l’on croit en sa présence dans nos cœurs. En ce sens, ce n’est donc pas nécessairement une résurrection physique, mais une présence dans l’intime de chacune et chacun.

Et les autres évangiles peuvent être lus de la même manière. Les différentes apparitions de Jésus sont «sous un autre aspect». Deux disciples ne le reconnaissent pas quand il marche avec eux sur la route d’Emmaüs. Aucun des disciples ne s’exécute quand il leur demande de le toucher. C’est seulement quand il parle que tous les disciples le reconnaissent.

Jésus ressuscité, on ne le reconnait pas avec les yeux. On ne le touche pas avec les mains. On le reconnait dans une parole.

Alors bien sûr les évangiles nous parlent aussi de la corporéité de Jésus ressuscité, par exemple quand il mange avec ses disciples. L’idée n’est absolument pas de nier la possibilité d’une résurrection physique. Mais Jésus ressuscité, ne peut-on pas penser que c’est bien plus que cela?

Jésus ressuscité, c’est au fond toute parole qui vient toucher le cœur. Une parole qui entre au plus intime de soi-même. Comme les disciples d’Emmaüs s’écriant «notre cœur ne brûlait-il pas en nous tandis qu’il nous parlait en chemin et nous ouvrait les Écritures?».

La résurrection, une nouvelle vie dans nos vies

La Parole, celle qui ouvre nos cœurs à la présence de Jésus, est une parole qui rend libre. C’est la présence de Jésus dans le cœur de chacune et chacun, qui vient nous libérer des attaches mortifères et de tout ce qui nous retient prisonniers dans nos vies. La résurrection, comme parole, est créatrice de liberté parce qu’elle introduit dans nos vies une dynamique. C’est une parole qui relève et qui met en mouvement, qui envoie dans le monde comme elle a envoyé les disciples en Galilée.

Carolina l’explique dans sa vidéo, la résurrection de Jésus a peut-être plus à voir avec nos vies aujourd’hui qu’avec l’idée d’une vie après la mort. Cette idée peut nous toucher car elle souligne que ce qui compte dans la résurrection c’est aussi la manière dont nous sommes relevés à chaque petite mort que nous traversons dans nos vies.

Cette idée soulève une belle question, que tu es invité.e à te poser si tu le souhaites, et cette question c’est: «comment la résurrection fait sens dans ma vie?».

La résurrection, c’est ce qui permet de voir, au milieu des déserts, des oasis d’espérance et d’amour. Non parce qu’elle permettrait d’avoir la vie éternelle, mais parce qu’elle permet de vivre notre vie, ici et maintenant, de la manière la plus intense, la plus profonde et la plus remplie d’amour possible. Et ces instants ont un goût d’éternité…

Voici quelques mots d’une autre théologienne, qui expriment très joliment ce que la résurrection représente peut représenter:

«Toi le ressuscitant, tu ôtes les clous qui me fixent à une vie ancienne et moribonde, tu m’envoies vers plus loin, tu repousses l’horizon du monde. […] Toi le ressuscitant, inlassable veilleur qui fore ma nuit de ta lumière, tu es le réveil qui s’oppose à toutes mes somnolences, tu es le levain de mon pain, la fissure dans mon cœur de pierre, tu es celui qui vient et qui m’empoigne pour la Danse»[1].

La résurrection c’est l’élan de vie qui nous pousse : vers Dieu, vers les autres, vers nous-même. C’est la présence de Jésus dans nos cœurs, une présence qui permet de regarder à partir de soi, de l’intérieur, vers le monde extérieur, avec un regard à chaque fois neuf.

[1] Marion Muller-Collard, Éclats d’Évangile, Jean 20, 1-9, Bayard/Labor et Fides, 2020, p. 114.

Un regard amoureux et vivant.

Karine Michel, d’après la vidéo de Carolina Costa

Si l’article t’as plue, tu es libre de le partager 😉

Click here to subscribe
Carolina Costa

Je suis théologienne, formée à l’Université de Genève, à la faculté autonome de Théologie Protestante (master UNIGE).

J’y ai acquis des compétences historico-critiques et appris le grec et l’hébreu, ce qui me permet de pratiquer mes propres traductions plus contemporaines et accessibles.

J’incarne une théologie réformée progressiste, inclusive, existentielle et joyeuse, en me servant de différents supports comme la vidéo, pour déployer mon énergie et l’Amour contagieux du Christ.

J’écris des livres sur les grandes étapes de la vie et je diffuse chaque semaine des vidéos brèves sur la foi sur les réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.