Spiritualité et religion

Golden concrete wall background
Golden concrete wall background

Aujourd’hui, j’aimerai vous parler DES DIFFÉRENCES ET RESSEMBLANCES ENTRE SPIRITUALITÉ ET RELIGION ? Spiritualité ? Religion ?

Approfondis et développe ta spiritualité, en découvrant le parcours du vidéo-livre

TRANSCRIPTION

Shalom. Salam aleykoum. Salut à toi mon frère, ma sœur. Je suis très contente de te retrouver aujourd’hui. C’est Carolina Costa. Je suis auteure, théologienne, pasteure de l’Église réformée et j’ai envie qu’on s’intéresse un petit peu aux différences entre religion et spiritualité. Juste après le générique.

Alors c’est parti pour une nouvelle vidéo. Et juste avant qu’on commence, je te rappelle que tu as une petite cloche ici pour recevoir la notification des prochaines vidéos si tu le souhaites. Et juste en dessous aussi de la vidéo, tu peux trouver un lien pour t’inscrire à ma lettre privée que tu reçois tous les mardis, avec des trucs et astuces, des conseils pour favoriser le développement de l’amour dans ta vie.

Alors aujourd’hui j’avais envie de parler un petit peu de la différence qu’on me demande souvent entre religion et spiritualité. Comme si c’était quelque chose de différent. Alors on va faire un truc un tout petit peu savant : « religion » cela vient du latin et, figure-toi, qu’il y a des gens, il y a plusieurs siècles en arrière qui ont longuement discuté pour savoir si cela venait plutôt d’un mot latin qui disait : « relegere » ou « religare ». Peut-être que tu l’as déjà entendu, aujourd’hui on parle souvent de « religare » parce que c’est… Cela tourne et tu l’entends peut-être,  c’est le mot un peu « relier ». Et on se dit que la religion c’est ce qui relie
les êtres humains les uns entre eux, cela fait un système de croyance, etc. Et puis, en réalité, j’ai creusé un petit peu le sujet et puis, je me suis rendu compte que finalement, non. En fait au départ, « religare » c’était plutôt l’idée de dire… c’était Saint Augustin, c’est un grand Saint de l’Église catholique, qui lui disait : « non, la religion c’était ce qui est relié à Dieu et à lui seul ». Donc tiens, c’est intéressant en fait, il y avait quand même cette idée que la religion au départ c’était quand même quelque chose de beaucoup plus intime entre soi et Dieu.

Et puis entre temps on a aussi plus finalement accentué, des chercheurs français, finalement aujourd’hui, pensent plutôt que
c’est « relegere » qui signifie « relire ». Alors c’est intéressant, parce que, relire quoi ? Alors on pourrait dire, eh bien c’est justement les écritures sacrées, c’est cette idée d’interpréter, réinterpréter. Et pourtant pas tout à fait. Mais avant de te donner la piste, peut-être d’interprétation, je vais juste m’arrêter de nouveau sur le mot « religion » dans son ensemble et tel qu’on le comprend nous aujourd’hui. Sur le mot « religion » dans son ensemble et tel qu’on le comprend nous aujourd’hui. En général, quand on va parler de religion, on a tout de suite en tête, d’abord, les grandes religions monothéistes en général. C’est ce qui va être le judaïsme, le christianisme, l’islam. Après on aura en tête d’autres systèmes religieux ou philosophiques comme le bouddhisme, l’hindouisme, les baha’is (bahaïsme). En fait il y a une multitude de religions. C’est-à-dire de religions au sens d’un système de croyances. Où des gens adhèrent d’une certaine manière à une religion codifiée où on a des rituels. On peut l’identifier par des bâtiments aussi évidemment.

Et puis par un tas de pratiques religieuses qu’auront les uns et les autres. Je l’ai déjà souvent dit, mais évidemment qu’en plus de cela il faut toujours avoir en tête que quand bien même j’ai dit « islam » comme religion, eh bien je n’ai encore rien dit. Parce qu’en fait, dans l’islam, il y a aussi d’autres courants musulmans. Il y a les soufis, les chiites, etc. Et du coup, il y a aussi différentes variations dans une propre religion. Donc cela c’est aussi intéressant, de savoir que du coup, ce n’est pas un système uniforme pour tout le monde, non. Au sein de chaque religion, il y a de la diversité. Donc c’est intéressant. Pourquoi il y a cette diversité ? C’est aussi la question qu’on peut se poser. En tout cas on sent que la religion, elle a… on pourrait dire, d’ailleurs, par exemple, le football c’est une religion. Il y a des gens qui disent que le football est une religion. Parce que les gens se mettent tous ensemble. Ils ont un rituel, ils se retrouvent tous les dimanches pour regarder un match de foot. Ils ont des vêtements qui s’identifient. Ils ont des chants en commun. Ils ont des slogans… enfin vous voyez… On a une adhésion. Je vais rentrer dans un club, je vais le soutenir, etc. Je te dis ça parce que c’est un petit “big up” à mon petit Victor chéri, qui est un
grand adepte lui, de la religion du football. Donc on voit bien que, voilà, c’est quand même aussi quelque chose d’extrêmement codifié. Donc on voit que c’est un système dans lequel les gens se rassemblent autour d’une idée ou d’une religion, d’un Dieu ou de dieux différents, etc.

Avant de toucher à la spiritualité, il y a quelque chose quand même qui m’interpelle… Donc « spiritualité » vous l’entendez du coup cela va être tout de suite quelque chose de plus individuel et de personnel. Et moi il y a une chose à laquelle je reviens souvent c’est : les enfants. Si on regarde les enfants, est-ce que les enfants sont, on dirait, religieux ou spirituels ? Pour ma part, je dirais qu’un enfant, avant d’avoir précisément reçu les enseignements religieux, est un être profondément spirituel. Spirituel au sens où, on peut le sentir, les enfants sont toujours dans une espèce d’immédiateté de l’instant présent. Ils sont en permanence reliés à ce qu’ils sont en train de vivre. Par leurs émotions, mais aussi par leurs perceptions. Ils ont un espace immense. On a l’impression qu’ils goûtent l’infini, qu’ils sont l’infini d’une certaine manière dans ce qu’ils vivent, dans ce qu’ils croient. Et si vous discutez avec des enfants, vous voyez, vous constatez aussi souvent très vite que si vous êtes à l’écoute des enfants, ils ont énormément de questions sur le plan spirituel, sur le plan existentiel. Et puis ce qui est encore plus curieux, c’est si vous leur demandez ce que, eux, ils en pensent. Et là on découvre que les enfants ne sont pas du tout des petits… je ne sais pas comment dire… des coupes vides qu’il faut remplir précisément d’enseignement religieux, mais au contraire sont déjà très riches d’une vie intérieure.

Donc oui, je commence à vous identifier que « spiritualité », cela a quelque chose à voir avec la vie intérieure et personnelle. Et donc, pour moi, je crois que la religion est en fait une tentative de dire cette expérience personnelle et de cette vie intérieure. Mais de manière collective. Et le grand piège à mon avis, dans lequel sont souvent tombées les religions, y compris bien sûr les Églises, c’est de penser que cette expérience-là, eh bien justement, si on la codifiait, elle n’allait plus bouger. Et puis qu’elle allait rester immuable. Et je pense que cette idée de dire : « religion » cela vient  de « relegere » qui est de relire, eh bien devrait nous rendre beaucoup plus humbles et beaucoup plus curieux et ouverts. C’est-à-dire que la religion est une tentative de relire une expérience spirituelle personnelle sur un plan collectif. Et là, la religion devrait être quelque chose de très vivant et d’organique.

Et là, on devrait être beaucoup plus ouverts sur l’idée que, justement, les rituels peuvent évoluer dans une tradition religieuse. Qu’un dogme ne peut pas être immuable et collé dans le marbre, non. Que la foi, que, c’est-à-dire, l’expérience de Dieu, d’ailleurs cela me fait penser à Louis Évely. Cet auteur catholique qui a écrit cette phrase magnifique qui dit : « Moi je ne crois pas en Dieu… » « Je ne crois pas en Dieu. », il dit. « … je le vis parce que c’est une expérience. » De la même manière, il dit : « Dieu n’est pas une pensée, c’est une expérience. » Vous voyez ?

Donc c’est vraiment, je dirais, cette différence-là et ce à quoi on peut aspirer et qu’on peut rêver et que moi je rêve, en tout cas que j’essaie de faire aussi, c’est que j’ai besoin de la religion parce que c’est l’endroit où je peux partager avec les autres. Et il est très bon de pouvoir être ensemble, de pouvoir chanter ensemble, prier ensemble. De vivre des rituels ensemble. Mais ce qui compte le plus ce n’est pas comment le rituel va être fait. C’est : est-ce que ce rituel va donner sens à cette vie intérieure, à cette expérience personnelle du divin, de Dieu dans sa vie ?

Voilà pourquoi, c’est vrai que par exemple moi, je développe et j’aime développer, j’espère enfin en tout cas, une religion vivante et qui soit en phase non pas de manière, à ce qu’on dit, avec la société moderne, cela n’a rien à voir, mais qui soit en phase avec notre temps, donc avec nos mots, avec nos outils, avec ce que nous avons autour de nous pour essayer de dire, voilà, dire cette expérience personnelle et donc la « relegere », la relire ensemble.

Si tu as envie de continuer à développer cela, eh bien on peut le faire ensemble évidemment dans le vidéo livre. Qui est de manière plus approfondie aussi une relecture précisément de la foi chrétienne, de la voie christique, de cet enseignement de cette vie intérieure-là. Il y a bien sûr ma lettre que tu peux recevoir mardi prochain, si tu le veux, en t’inscrivant plus bas. Et puis bien sûr, j’aimerais bien savoir si tu es d’accord et puis ce que tu penses toi de ce qui est religion et spiritualité. On en discute dans les commentaires au bas de cette vidéo.

Et puis, je me réjouis de te retrouver prochainement pour une nouvelle question.
À très vite !

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.