LA BIBLE

Golden concrete wall background
Golden concrete wall background

Aujourd’hui, j’aimerai vous parler de LA BIBLE. D’où vient cet ouvrage? Quand a-t-il été écrit? Par qui? Dit-il vrai ou faux? Pourquoi lire la Bible? Comment la lire? Quelle interprétation des Églises?

Approfondis et développe ta spiritualité, en découvrant le parcours du vidéo-livre

TRANSCRIPTION

Salut à toi je m’appelle Carolina Costa, je suis auteur, théologienne et pasteure d’une église réformée. Je suis dans un versant qu’on a qualifié de progressistes, il semblerait, et j’ai envie de partager avec toi des questions sur la foi au 21ème siècle, mais on en saura plus juste après le générique. Et on va parler un peu de cette vieille bible.

« Ding dong, ding dong »

Tu l’entends la petite cloche ? non ? c’est peut-être parce que tu l’as pas activé. Tu peux regarder juste en-dessous de la vidéo tu as une petite cloche, c’est juste si tu as envie de savoir et de suivre les prochaines vidéos pour être tenu au courant et que
ça sonne chez toi au moment de rentrer dans cette merveilleuse église progressiste que je t’amène chez toi. Et bien tu peux t’abonner et tu recevras les prochaines vidéos.

Alors aujourd’hui, j’avais envie de nous initier un petit peu brièvement à la bible. Pourquoi la bible ? Parce que, évidemment, quand on s’initie à la foi chrétienne, et bien, on se repose aussi sur un ouvrage. Ca ne veut pas dire que l’ouvrage est exclusivement le seul outil pour une initiation à la foi chrétienne. Pas du tout. Mais c’est vrai que c’est là qu’on parle principalement de jésus, du christ, de son enseignement, de sa vie, de son parcours. Mais tu auras remarqué si tu ouvres une bible, la j’en ai une, par exemple, là, c’est la mienne donc, tu as vu, elle est légèrement usés. Oui, parce qu’en général, quand on commence à lire la bible, tu vois en plus elle est toute cabossée. Quand on commence à lire la bible et qu’on s’y intéresse et
qu’on commence à être… Il se peut, il se peut que tu sois un peu happé. Parse qu’il y a énormément de choses dans cette bible. Et puis qu’on y revient, comme on fréquente un ami ou une amie, on y revient, parce qu’on a envie d’essayer de comprendre. On entre en relation. On vit quelque chose finalement d’assez fort. Moi, en tout cas, c’est comme ça qu’elle est arrivée à moi,

J’étais au catéchisme, j’avais un pasteur qui ouvraient peu souvent la bible. Mais il nous en parlait beaucoup. Et du coup je me
suis plongée dedans et la première chose que j’ai fait moi, c’est me plonger dans les évangiles. D’ailleurs quand les gens me demandent: « Mais comment ouvrir la bible au début? » C’est vrai que j’essaye de leur dire de ne pas commencer par le tout début, parce que, vous savez, la bible est partagée et deux parties, la bible des chrétiens. Il y a le premier testament, qu’on appelle parfois l’ancien testament. Mais qui est aussi la bible hébraïque. Parce qu’il faut savoir que la première partie des
bible chrétienne, et bien évident, c’est la même bible qu’on partage avec nos amis, nos frères, soeurs juifs. Pour eux, donc, c’est leur bible hébraïque. C’est là que vous avez la torah. C’est là que vous avez l’histoire de moïse, l’histoire d’abraham. Vous voyez, il y a beaucoup d’histoires dans cette partie là.

En suite, on a la deuxième partie, c’est le nouveau testament, qui lui est écrit en grec. Le premier testament c’est en hébreu. Le
deuxième c’est en grec et c’est là qu’on raconte l’histoire de jésus. Alors, évidemment, cette bible souvent, elle est  sujette à beaucoup de discussions. Parce que il ya quand même beaucoup de gens, et ça peut-être tu l’as remarqué, y a beaucoup d’église. Il y a aussi plusieurs courants juifs. Et on se dit: « Mais pourquoi en fait? »
Parce que y a quand même certains chrétiens qui disent: « Oui, ouvre la bible. Tu verras, dieu te parle, il dit la vérité. C’est comme ça que c’est écrit, c’est comme ça que c’est ».

Oui mais bon, si c’était si simple, ce serait déjà beaucoup plus facile. Il y aurait, peut-être, moins de guerre tu me diras. Mais en
tout cas, c’est pas si simple. Parce que justement, quand tu l’ouvres ta bible, tu te rends compte qu’il y a énormément de livres différents. Rien que sur l’histoire de jésus, il y a quatre évangiles. C’est à dire quatre récits dans lesquels il y a, bien sûr des choses qui sont communes. Il y a des textes communs. D’ailleurs les chercheurs disent qu’il y a probablement une source commune entre les quatre auteurs des évangiles. Mais chaque évangélistes a aussi écrit dans une période un peu différente de l’histoire, dans une région différente, ses auditeurs étaient des gens un peu différent. Parfois plus grec, parfois plus
juif. Vous avez un vécu, une expérience aussi différente avec jésus, son enseignement, le christ, etc. Et donc, chacun va amener vers une matière propre, comme on dit.

Donc, on voit déjà que même en lisant les évangiles, si on est un peu honnête et qu’on met quand même des lunettes de d’hommes et de femmes du 21e siècle, on va vite se rendre compte que parfois il y a des choses qui se contredisent. C’est à dire que, par exemple, souvent on a l’image de Jésus qui est très dans la paix, la compassion, la justice. En même temps, des fois, tu vas trouver dans l’évangile, un petit passage où Jésus dit: « Moi je suis quand même venu pour pour le glaive et l’épée quoi ». On se dit, « mince, c’est pas tout à fait cohérent ».

Donc ça nous oblige à réfléchir. Ça nous oblige un petit peu plus loin. Et moi, je crois surtout une chose, c’est que ça, ça nous oblige à être beaucoup plus humble vis-à-vis des écritures. On peut tout à fait leur accorder notre confiance. C’est à dire qu’on est rejoint par des paroles qui nous touchent profondément le coeur. Moi, je suis et reste persuadé que n’importe quelle personne qui rentre dans un évangile et qui lit l’histoire de Jésus, va être touchée. Parce que, qu’on croit ou pas que Jésus est
fils de dieu, incarnation de dieu, etc. Au fond, peu importe, on est devant une histoire humaine qui ne touche. C’est l’histoire d’un homme d’une trentaine d’années qui prêchent l’amour, qui va vers tout le monde, qui réconcilie, qui guéri, etc. Et tout d’un coup, ce gars là, est arrêté, il est violenté et on le condamne à mort de manière totalement injuste. Donc, de toute façon c’est quelque chose qui nous touche.

Quand ça nous touche, ça devrait aussi nous mettre un petit peu en mouvement. Essayez d’aller rechercher d’autres passages. Et puis surtout, de réaliser que oui j’accorde ma confiance à une parole, là, qui vient me rejoindre et qui, je sens bien que ça me parade de moi. Ca me parle de quelque chose de la transcendance. Pourquoi, parce que ce sont des hommes et des femmes qui ont écrit ces écrits. Alors on va pas se le dire, il faut le reconnaître, c’est quand même la base beaucoup d’hommes qui ont écrit pour des hommes. Ca d’ailleurs, je le développe beaucoup plus dans le vidéo-livres de « L’initiation à la foi chrétienne » que tu peux trouver d’ailleurs en informations ci-dessous. Ca c’est aussi quelque chose de très intéressant, mais c’est vrai qu’il y a beaucoup d’hommes.

Mais il y a aussi des femmes qui apparaissent, des récits sur les femmes. Donc qu’il y a énormément de choses qui peuvent nous rencontrer et venir. Et c’est ça que tu explores finalement en cheminant avec cette parole. Ca vient te raconter quelque chose sur le sens de ta vie. Ca vient te parler d’un dieu qui s’approche de l’humain. Qui est en relation. Qui est immanent et
transcendant. Un dieu là aussi qui nous échappe. Mais voilà, ça vient nous raconter cette histoire là. D’hommes de femmes, d’enfants qui essaient de cheminer avec la présence de celui/celle que je nomme dieu. Qui s’appelle de manière aussi très différente selon les livres.

Donc moi, j’ai envie de t’inviter à cette exploration. Ouvre ta bible, la bible qui en grec signifie tha biblia qui signifie « les livres ». Parce que tu vas trouver de la poésie. Tu vas trouver un livre avec des proverbes. Tu vas trouver un livre érotique en plein milieu de la bible. Je t’assure, quelque chose d’assez incroyable. il faut aller le regarder c’est le cantique des cantiques. Tu vas trouver des récits mythologiques. Tu vas trouver des prières. Et puis tu vas trouver tous les récits des évangiles qui te parlent,
voilà de toute cette histoire sur l’amour.

Alors moi aujourd’hui j’ai envie de t’inviter à ça. Soit curieux, soit curieuse. Va explorer la bible avec ton regard contemporain
d’hommes et de femmes du 21e siècle. Et tu pourrais bien être surpris. Par contre, n’oublie jamais, c’est essentiel aussi d’aller partager cette parole avec les autres. Parce qu’on est enrichie, précisément, de interprétations des uns et des autres. Parce que c’est dans la diversité des interprétations qu’on découvre quelque chose. C’est que le sens des écriture n’est jamais fermée. Ca c’est l’expérience de goûter au sens infini qui sans cesse nous échappe dès qu’on veut aborder la question de dieu.

Alors voilà, j’espère que tu vas avoir cette curiosité. Et n’hésite pas à venir m’en parler. D’ailleurs, si tu as une expérience par rapport à la bible et ce que tu en penses toi.

Et je me réjouis de retrouver dans une prochaine vidéo.

A très bientôt

Ding dong !

Tu l’as entendu cette petite cloche ?
Non ?
Pourtant, c’est la cloche qui sonne quand on entre dans un temple. Alors on n’est pas tout à fait dans un temple, mais si tu cliques sur la cloche en bas de la vidéo ça te permettras de recevoir les prochaines vidéos et de pouvoir être encore bénéficiaire de quelques interprétations et questionnements que je me pose avec toi. Aujourd’hui c’est : la foi.

C’est un peu la grande question qu’on se pose déjà de savoir, quand on rentre dans une religion ou quand on arrive dans une soirée, peut-être que ça t’ai déjà arrivé de parler avec des personnes, des amis et de dire :

« Alors, est-ce que tu as la foi toi ? »

Et en général, quand on répond à cette question on se situe de différentes manières, il y a ceux qui vont dire :
« Oui, moi j’ai la foi. »

On ne dit pas forcément la foi de quoi et ce qu’elle représente. D’autres vont dire : « Non je n’ai pas la foi. »

Soit parce qu’ils sont agnostiques soit parce qu’ils sont athées et ne croient pas du tout en Dieu. Quand je dis:

« Je ne crois pas en Dieu. »

on pourrait s’interroger parce que c’est une croyance en soi. Et puis, il y a ceux qui vont dire :

« J’ai perdu la foi. »

C’est intéressant parce que ça voudrait dire qu’il y eu peut-être un endroit où il y avait la foi. Tiens qu’est-ce que c’était ? Ça m’intéresse. Il y avait un pasteur français, Wilfred Monod, qui disait:

« Quand les gens me disent qu’ils ont perdu la foi je me demande, mais qu’est-ce que tu as fait pour la retrouver ? »

C’est la question qu’on peut se poser, quand les gens disaient : « Moi, je ne crois pas en Dieu. » Il disait : « Parle-moi un peu de ce Dieu auquel tu ne crois pas, car il se pourrait que moi aussi, je ne crois pas du tout en ce Dieu-là. » On est en train de toucher à quelque chose autour de la foi qui a un certain nombre de représentations finalement.

Chacune et chacun, on met un mot on met un contenu derrière le mot « Foi ». Or le mot « Foi », qu’est-ce qu’il regroupe finalement ? Parce que quand les gens répondent de cette manière-là c’est comme si on savait exactement que derrière le mot foi, il y avait un contenu. Mais là, on serait plutôt dans le registre de : je crois en Dieu, ou je crois en l’église ou je crois que Jésus est fils de Dieu… Vous voyez ? On est obligé d’aller dans le « Je crois en » ou « Je crois que « .

C’est quelque chose d’assez intéressant et là, on peut commencer à discuter. On va bien vite se rendre compte que plusieurs personnes vont avoir différentes options autour de ça, et puis il faudrait encore aller plus loin : qu’est-ce que je mets derrière le mot Dieu ? Qu’est-ce que je mets derrière le mot Jésus ? Qui est-il ? C’est vraiment l’ouverture de quelque chose qui est de l’ordre du cheminement. Alors peut-être que là, on a une petite piste : qu’est-ce que la foi ?

Peut-être que déjà, c’est une conversation. C’est quelque chose qu’on partage avec les autres aussi et quand on partage avec les autres, quelque chose s’ouvre de l’ordre du partage, du sens, de la question existentielle de la question philosophique/spirituelle. Il y a une facette de la foi qui m’intéresse un peu plus, je l’avoue c’est que dans le mot « Foi », il y a le mot confiance que ce soit en grec ou en latin et on se rend compte que si on est chrétien et qu’on parcours les évangiles, par exemple on va se rendre compte que souvent Jésus rencontre les gens et leur demande :
« Est-ce que tu as la foi ? » C’est souvent comme ça, que c’est traduit dans les Bibles moi j’ai l’impression d’entendre autre chose, pour l’approfondir, d’ailleurs, il faudrait aller dans l’initiation à la foi chrétienne, le vidéo-livre sur lequel tu pourras trouver des informations en dessous. Et juste une petite piste, il est souvent question au fond, non pas de croire en un contenu précisément quand il demande :

« Est-ce que tu as la foi ? »

Mais il s’agit plutôt de dire : « Est-ce que tu as confiance ? » Est-ce que tu me fais confiance ? As-tu suffisamment de confiance pour recevoir, peut-être une parole que je vais te dire recevoir l’amour que je suis prêt à t’offrir. Recevoir quelque chose de l’ordre du relèvement. Alors, je pense que la foi est en fait l’ouverture à un positionnement intérieur. Comment est-ce que je me situe face à la vie, à ce qui arrive ? Est-ce que je suis habité par la confiance ou par la peur ? C’est l’autre versant de la confiance c’est la peur et nous sommes évidemment environné de ces différents sentiments parce que, quand on vit la vie que nous menons d’humain on ne peut que se rendre compte que la vie est faite d’obstacles, de difficultés, et souvent on va être rebuté devant la question du sens, et souvent les personnes qui disent avoir perdu la foi si on creuse un peu, on voit qu’il y a souvent des histoires assez dramatiques, parce qu’il y a eu un moment où finalement, la confiance s’est rompue.

Alors voilà, j’ai envie de t’inviter à aller explorer un peu plus cette question de la foi de visiter comment toi tu fais confiance dans ta vie en quoi ou en qui repose ta confiance ? Et peut-être de découvrir justement, cette présence que j’appelle Dieu, cette présence d’amour qui nous entoure, qui contient le tout et dans lequel, moi en tout cas, je me confie.

C’est en lui, en elle, que je viens m’asseoir dans ma confiance et qui m’aide à vivre littéralement. Je me demande alors, quelle est ton expérience de la foi ? Qu’est-ce que toi, tu mets derrière ce mot ? Et puis on pourra peut-être discuter ensemble en continuant le fil au pied de cette vidéo. Je te donne rendez-vous très bientôt j’espère te revoir pour d’autres vidéos et que celle-ci à pu contribuer un peu à ton propre cheminement personnel et spirituel dans l’initiation à la foi chrétienne.

À très bientôt !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.