Carolina Costa

Epiphanie – Les rois mages ont-ils vraiment existé?

Épiphanie - Les rois mages ont-ils vraiment existé?

Golden concrete wall background
Golden concrete wall background

Aujourd’hui, j’aimerai vous parler DE L’EPIPHANIE

Approfondis et développe ta spiritualité, en découvrant le parcours du vidéo-livre

TRANSCRIPTION

Adieu ! C’est Carolina Costa. Je suis auteure, théologienne inclusive et pasteure de l’Église réformée. Aujourd’hui, j’ai envie qu’on parle  un petit peu de ces fameux Rois mages. Juste après le générique. Bienvenue à toi ! Cette vidéo est diffusée un 6 janvier. C’est le jour de l’Épiphanie, le jour des Rois mages. Si tu as envie de recevoir les notifications pour les prochaines vidéos, n’hésite pas à appuyer sur la petite flèche juste ici en bas. Tu pourras bien sûr rejoindre aussi, si tu le souhaites, la lettre privée que j’envoie tous les mardis pour nous encourager dans notre vie spirituelle, dans notre foi chrétienne. Et puis tu pourras, aussi bien sûr, rejoindre le groupe Telegram. Cette nouveauté qui me permet d’être active aussi au quotidien et partager toutes mes découvertes avec toi.

Voilà, j’ai envie aujourd’hui parler des Rois mages. C’est l’Épiphanie, c’est le jour où tu vas manger la galette des rois, peut-être, ou que tu vas en Espagne recevoir pleins de cadeaux, de bonbons de la part des Rois mages. Et j’avais envie qu’on s’attarde un petit peu. C’est quand même intéressant de s’attarder sur ces personnages si histo… historiques tu vois, j’allais dire, en tout cas historiques parce qu’effectivement, ils sont très traditionnels dans notre histoire chrétienne et dans notre civilisation, dans notre société. Donc, tu le sais peut-être, l’histoire des Rois mages existe dans un seul Évangile, c’est l’Évangile de Matthieu où il est écrit que ce sont des mages, «magoï» en grec. On peut le traduire par plusieurs mots en fait.
C’est toujours un peu difficile de savoir effectivement à quoi ils font référence exactement, mais donc ce sont des mages,
ce sont des magiciens, on peut aussi le traduire par des prêtres, des astrologues, on a aussi pensé, puisque bien sûr la référence aux étoiles et des sages, tout simplement. Ce qu’on sait en tout cas, c’est qu’ils sont plusieurs, parce que le mot qui est utilisé est un pluriel, mais dans le texte, il n’est jamais dit s’ils sont deux, trois ou quatre. En tout cas, ils sont plus que deux, puisqu’évidemment il faut un pluriel pour être deux.

Peut-être qu’ils sont trois dans l’imaginaire, parce que cela évoque la trinité. Tu sais: le Père, le Fils, le Saint-Esprit. Et puis la tradition a voulu qu’on dise que ce sont des rois. Mais là aussi, le texte ne dit strictement rien sur le fait que ce sont des rois.
C’est quelque chose qui est arrivé dans une tradition chrétienne beaucoup plus tardive où on a commencé un petit peu à essayer d’enrober, de raconter, d’extrapoler un peu sur ces personnages-là. Donc ce qui est intéressant, c’est que cette histoire, elle a vraiment été reprise dans la tradition. On a décidé d’ajouter le… on s’est dit qu’ils étaient trois, parce qu’il y avait trois cadeaux. On s’est dit que c’était des rois à partir du 3ᵉ siècle. Et puis surtout, on leur a aussi donné des noms. Peut-être que tu le connais, c’est Balthazar, Melchior, Gaspard. Le petit jeu c’est d’ailleurs de se rappeler de ces trois prénoms. Et cela, en fait, c’est intéressant, cela vient d’un évangile Arménien de l’enfance, du 6e siècle à peu près, donc tu te rappelles, c’est ces fameux évangiles apocryphes.Voilà un petit peu le contexte.

En tout cas ce qu’on sait dans le récit lui-même si on lit l’Évangile de Matthieu, ce que cela nous raconte, c’est que ces personnages viennent d’Orient. Cela veut dire qu’ils viennent de beaucoup plus loin que la Judée, l’Israël, de l’antiquité. Ils viennent peut-être de Babylonie ou de Perse. On a pensé qu’ils pouvaient peut-être même venir d’Arabie ou de Syrie. En tout cas donc ils sont hors le périmètre israélite. Et c’est très important pour l’auteur parce que c’est une manière de dire dès le début du récit de l’histoire de Jésus de dire, en fait, cette naissance, ce personnage dépasse le cadre géographique de l’histoire d’Israël. Cela touche beaucoup plus loin. C’est une manière de dire que cette histoire est universelle, que cette bonne nouvelle, je te rappelle que le mot évangile veut dire « bonne nouvelle ». Cette bonne nouvelle de l’amour de Dieu est offert à toutes et tous largement au delà des frontières géographiques, au-delà des frontières religieuses. Parce qu’évidemment si on dit que ces personnages viennent de loin et qu’ils ont une dimension de prêtrise, cela signifie aussi qu’ils sont peut-être, probablement imprégnés d’autres traditions religieuses et donc, c’est en train de dire aussi que même dans les autres traditions, on peut retrouver quelque chose de cette bonne nouvelle, qu’elle s’adresse aussi jusque-là.

Et il y a aussi cette image du ciel. Parce que, tu te rappelles peut-être dans le récit les mages sont guidés par une étoile, je vais en parler tout de suite, mais ils sont guidés par une étoile. Et donc, cela veut dire qu’ils sont aussi spectateurs de ce ciel
et que le ciel, le ciel est infini, le ciel ouvre à tout le monde, tout le monde vit sous le ciel. Donc il y a vraiment cette histoire,
cette idée d’universalité, d’universalisme du message de l’Évangile. Cela, pour moi, c’est très important. Donc je disais, les mages sont guidés par une étoile dans le ciel. Et je trouve quand même intéressant juste de savoir qu’il y a des scientifiques qui se sont vraiment pencher sur cette question pour, tu sais même si les récits ne sont pas vrais au sens historiques. ils disent quelque chose quand même de vrai. Et puis il y a peut-être quand même des conjonctions historiques qui peuvent exister. Et je trouve quand même super intéressant, c’est vraiment tout à fait assuré, ce sont des vrais scientifiques qui ont découvert qu’environ dans l’an 7 avant J.-C, il y a eu effectivement quelques phénomènes extraordinaires dans le ciel qui pourraient expliquer la raison pour laquelle cette histoire s’est transmise et qu’on a décidé peut-être de rassembler cela. Pourquoi? Parce que, je te rappelle que Jésus est né probablement entre l’an – 8 avant J.-C. et l’an 4. Cela veut dire que, c’est donc intéressant d’observer ce qui s’est passé dans le ciel dans cette période, parce qu’il s’est passé des choses.

Ils ont découvert que les planètes Jupiter et Saturne se sont rapprochées trois fois de suite dans cette période et que la constellation du poisson se rapprochait et que la constellation du poisson en fait… je t’avoue que je m’embarque un peu  dans truc que je ne connais pas bien mais tout cela pour dire que dans la même période il y a une constellation dans
laquelle la Lune et la planète Mars ont rejoint Jupiter et Saturne sur le soleil couchant et qu’on aurait donc eu ces quatre astres extrêmement proches les uns des autres à tel point que cela n’a pas pu passer inaperçu. Et, il y a eu une tradition qui a dit: quand on a quelque chose d’aussi extraordinaire qui se passe dans le ciel, cela signifie, qu’il y a la naissance d’un nouvel empire. Donc c’est ce fort parce que, je te l’ai dit aussi dans plein d’autres vidéos, l’histoire de Jésus, ce n’est pas l’histoire
d’un roi au sens terrestre du terme. C’est vraiment l’histoire d’un empire, d’un royaume qui est un royaume de l’intérieur, qui est un royaume du cœur, qui est ce royaume de l’amour. Donc c’est quand même assez intéressant. Et moi j’aime bien ces conjonctions quand même aussi dans le réel, de dire: voilà, il y a eu quelque chose d’extraordinaire qui s’est passé dans le ciel à ce moment-là. C’est vrai, c’est un fait scientifique, c’est un fait historique. Et voilà qu’on raconte  aussi que c’est le moment de la période de la naissance du Christ.

Il y a une autre interprétation intéressante aussi dans le texte, ce sont les fameux cadeaux.Tu sais, les Rois mages amènent, le texte le dit, de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Alors on a, toujours comme d’habitude dans les textes bibliques, beaucoup d’interprétations possibles. Mais là aussi, c’est pour essayer de dire quelque chose justement de la nature, de la naissance de ce « roi », je mets entre guillemets, de ce nouveau roi parce que l’or représente précisément la royauté, l’encens représente en fait la prêtrise. Ce qui tourne autour de la prêtrise, du rituel, du religieux. Et puis la myrrhe, c’est ce qu’on met quand on embaume les corps. Donc il y a aussi quelque chose dans l’interprétation qui vise le prophétique. Et au fond Jésus, eh bien
précisément est ce personnage, cet homme qui a mélangé toutes ces trois facettes de royauté, de prêtrise, quelque chose qui est lié avec cette mort et qui est bien sûr l’histoire du dépassement de la mort par la résurrection. C’est-à-dire qu’il y a dans l’histoire de Jésus, quelque chose qui est universel et qui dépasse toutes les dimensions, qui les rassemble, etc.

Voilà, donc pour terminer cette vidéo te dire qu’Épiphanie c’est le 6 janvier, c’est le jour de la fête des Rois mages. Épiphanie, cela veut dire littéralement en grec: qui apparaît, qui se manifeste. Et donc c’est pour moi cette expérience, ces Rois mages sont cette expérience universelle inconditionnelle que tout être humain peut vivre peut faire cette expérience de découvrir la nature, la nature de ce Dieu qui s’incarne en particulier dans le récit de Jésus, de découvrir, voilà cette histoire qui se révèle à nous dans les évangiles en particulier.

Voilà, c’est un peu ce que j’avais envie de partager aujourd’hui. Je me demande ce que tu en penses de se placer devant ce mystère qui une fois apparaît dans ce récit de cette manière-là qui se révèle aussi dans un aspect mystérieux de la science, d’un événement historique. Et je me réjouis de savoir ce que tu en penses. Je te rappelle bien évidemment qu’on peut aussi se retrouver après cette vidéo dans les commentaires. On peut se retrouver dans la lettre privée que tu peux recevoir tous les mardis, tous les liens sont en dessous de la vidéo. Et bien sûr, ce nouveau groupe Telegram dans lequel je me suis lancée dans cette aventure pour te partager chaque jour des petites choses qui peuvent j’espère contribuer aussi à renforcer ton chemin de foi. Je te dis à très bientôt pour une prochaine vidéo et prends bien soin de toi d’ici là.

 

Si l’article t’as plue, tu es libre de le partager 😉

Click here to subscribe
Carolina Costa

Je suis théologienne, formée à l’Université de Genève, à la faculté autonome de Théologie Protestante (master UNIGE).

J’y ai acquis des compétences historico-critiques et appris le grec et l’hébreu, ce qui me permet de pratiquer mes propres traductions plus contemporaines et accessibles.

J’incarne une théologie réformée progressiste, inclusive, existentielle et joyeuse, en me servant de différents supports comme la vidéo, pour déployer mon énergie et l’Amour contagieux du Christ.

J’écris des livres sur les grandes étapes de la vie et je diffuse chaque semaine des vidéos brèves sur la foi sur les réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.