L'AMOUR

Golden concrete wall background
Golden concrete wall background

Aujourd’hui, j’aimerai vous parler de L’AMOUR. Qu’est-ce que l’Amour? D’où vient l’Amour? Quel est son pouvoir? Différents amours? Aimer ses ennemi.e.s possible? L’Amour un muscle?

Approfondis et développe ta spiritualité, en découvrant le parcours du vidéo-livre

TRANSCRIPTION

Tchao les amis, c’est Carolina Costa ! Je suis auteure, théologienne et une infatigable croyante en l’amour. Et c’est de ça dont j’ai envie qu’on parle aujourd’hui. Ce sera juste après le générique !

Voilà les amis, bienvenue ! Aujourd’hui, on va aller un peu à l’école, à l’école de l’amour. Avez-vous entendu ? Ce n’est pas encore les cloches de la récréation, mais si tu appuies sur la petite cloche, tu auras les prochaines vidéos. Si tu veux suivre les brèves initiations à la foi chrétienne à découvrir par la suite.

Aujourd’hui, on va parler de ce sujet qui pour moi est le sujet de toute ma vie ! A tel point que je l’ai même gravé sur mon bras. Je me suis fait un tatouage où c’est écrit : « God is love ». Oui, parce que j’ai envie que le témoignage de toute ma vie soit jusque dans mon cercueil et que la personne qui viendra me mettre dedans et qui m’enfournera probablement… Et bien, jusqu’au bout j’aurais dit : « oui, Dieu est amour! »

Alors voilà, ça peut paraître très fleur bleue, c’est très sentimental, l’amour tout ça c’est très Bisounours… Et bien pas du tout, les chéries ! L’amour, la pratique de la voie de l’amour telle qu’enseignée par Jésus Christ est certainement une des plus difficiles qu’il m’ait été donné de découvrir. Parce qu’aimer au sein de cette planète où il y a tant de violences, de souffrances de blessures, on est tortillé dans tous les sens par plein de choses. Par nos relations, par ce qui nous arrive, par ce qu’on peut observer et bien au contraire, c’est difficile de pratiquer cela. Parce que l’amour, justement, c’est quelque chose d’à la fois exigeant et à la fois très simple.

On sent quelque chose en nous. Je ne sais pas vous, mais c’est comme ça pour moi, depuis que je suis petite, depuis que j’étais adolescente, c’est quelque chose que j’ai toujours recherché. Je me souviens encore quand j’étais ado « Oui moi je cherche l’amour absolu… » Et c’était vrai, et très sincère. Je ne me moque absolument pas de moi-même. Au contraire, c’est la quête permanente de toute ma vie. Alors j’ai 40 ans, j’ai un peu vieilli et je veux vous dire : oui, ça existe !

Je l’ai découvert, je l’ai rencontré, je l’ai goûté. Et maintenant je le goûte et le regoûte et le pratique. Mais ça ne veut toujours pas dire que j’ai réussi. Et ça c’est une chose importante avec l’amour. Ce n’est justement pas un truc dans lequel on va recevoir une médaille ou que je vais avoir une bonne note à la fin de ma scolarité de l’école de l’amour. Pas du tout ! Non, ce n’est pas du tout comme ça que fonctionne l’amour.

L’amour, j’ai envie de dire c’est peut-être tout l’inverse de l’école. L’amour c’est peut-être découvrir dans l’école de l’amour, qu’en réalité vous êtes tous nuls ! C’est exactement ça. Pour moi l’expérience de la grâce c’est de se dire : « Ah ouais, en fait j’adorerais être la première de la classe. » Dans tout l’engagement de ma vie, j’aimerais tellement qu’on puisse dire : « Ah Carolina, elle était vraiment un modèle d’amour absolu. » Mais ce serait absolument faux. Et les gens qui m’enterreront sauront que c’était faux. Ils sauront en tout cas, que j’ai fait du mieux que j’ai pu. Que j’ai essayé de mettre toute ma vie dans ce champ-là et d’essayer de le cultiver. Mais qu’est-ce que l’amour ?

Un arbre qui prend toute une vie. Et que nous sommes toujours des débutants de l’amour. Et ça, c’est une chose que j’ai découverte en lisant un livre que j’ai envie de vous présenter. Je ne résiste pas, un livre de Jean-Yves Leloup qui pose la question : « Qui aime quand je t’aime ? »

Et après la lecture de ce livre il y a quelques années, je me suis rendu compte que j’étais débutante. Parce qu’il y a différents aspects de l’amour et beaucoup d’entre nous aimons comme des enfants. Et les enfants on voit bien comment ils aiment. Souvent ils aiment parce qu’ils ont besoin des autres. Evidemment, dès qu’on est bébé on a besoin de manger. Donc le premier amour, c’est l’amour porneïoste, dont il parle. C’est-à-dire celui dont j’ai besoin. J’ai besoin de manger, donc j’ai besoin qu’on m’aime parce que j’ai besoin de vivre. Donc j’ai besoin que vous me donniez ce dont j’ai besoin pour vivre. Cela donne des adultes qui n’ont d’adulte que l’apparence. En fait ce sont des enfants qui sont beaucoup dans : « Je dévore, j’ai besoin de toi pour vivre. » Vous voyez, c’est des gens qui vont être un peu chronophage, qui vont vous prendre beaucoup de votre temps, de votre énergie, etc. Ce n’est ni bien, ni mal. C’est juste que ça existe et on l’a tous fait.

Et puis il y a aussi l’amour possession. On voit l’autre comme quelqu’un qui vient me réconforter. Peut-être dans ce que je suis ou qui m’apporte ce dont j’ai besoin. De la protection, de la douceur, de l’estime de moi-même, de la reconnaissance. On carbure évidemment tous et toutes à ça. On a besoin aussi du regard des autres. Mais petit à petit on a besoin aussi de sortir de ce regard des autres pour découvrir que non, tout ce que je cherche de l’amour vers l’extérieur ce n’est pas là que je vais le recevoir le plus.

Le lieu où je ne cherche souvent pas du tout, mais le lieu d’amour absolu, où je peux vraiment le goûter, il est là ! Il est juste dans le creux de vous. Mais on oublie, on ne sait pas parce qu’on n’a pas été à l’école. Je crois que L’initiation à la foi chrétienne c’est précisément la démarche de découvrir comment je peux accéder à l’intérieur de moi et faire l’expérience de découvrir que je suis un enfant qui vient de l’amour.

Je suis un fruit de l’amour, je ne parle pas de vos parents. Parce que ça, ce n’est pas toujours le fruit de l’amour. Mais je suis le fruit de quelque chose qui nous dépasse infiniment. Que moi j’appelle Dieu. Et je crois que ce Dieu est amour. C’est-à-dire que la substance même de l’univers, comme disait Christian de St Ger, est l’amour. Et que nous sommes toutes et tous des émanations, des petites incarnations de ces potentialités d’amour. Mais nous sommes traversé par cet amour infini d’où nous venons, et en même temps nous sommes limité. Nous sommes des humains. C’est pour ça que la foi chrétienne réformée elle a un peu cette base de dire : « Les gars, nous sommes toutes et tous 100% pécheur, donc nul en amour en gros. Et en même temps nous sommes 100% saint. »

C’est-à-dire que nous avons tous des potentialités et nous faisons en même temps toutes et tous la plupart d’entre nous en tout cas l’expérience que nous arrivons aussi à donner de l’amour et à offrir de l’amour. Et la démarche de la foi chrétienne
c’est de découvrir comment j’apprends qu’en fait je suis le premier réceptacle de cet amour, que je le fais grandir en moi
et que c’est en le faisant grandir en moi qu’ensuite il débordera vers les autres. Mais commençons d’abord par nous-même.

Voilà, si tu as envie de développer un peu plus, il va falloir aller descendre dans les vidéos en dessous. Ici, pour découvrir « L’initiation à la foi chrétienne » version longue ou je reviendrais bien sûr dans d’autres vidéos pour explorer d’autres facettes. Mais j’aimerais bien savoir comment toi, peut-être, tu as trouvé des outils pour développer l’amour d’abord en toi.

À très bientôt pour d’autres vidéos et surtout n’oubliez pas : vous êtes inconditionellement, infiniment aimé par ce Dieu que moi je dis: « Le Dieu de tout Amour. »

À très bientôt !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.